Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

philisophie

  • "CE PATERNALISME BIEN FRANÇAIS ..." ENTRETIEN AVEC RUWEN OGIEN, DIRECTEUR DE RECHERCHE EN PHILOSOPHIE MORALE (CNRS) SUR L'ACTUELLE POLITIQUE DES MOEURS

    (DR) ogien.jpeg

     

    NEWS NEWS NEWS. Remise en cause du Revenu de Solidarité active (RSA) accusé d’inciter les pauvres à ne pas travailler, critères d’adoption de la nationalité de plus en plus exigeants, nationalités visées comme étant directement associées à la délinquance ce qui justifierait leur expulsion du territoire, refus de reconnaître le mariage gay et l’homoparentalité, nouvelles lois sur la bioéthique, pénalisation des consommateurs de cannabis, proposition de pénaliser les clients des prostituées, derrière toutes ces décisions et effets d’annonce le gouvernement développe une philosophie politique morale. Mais laquelle ? Nous nous en sommes entretenus avec Ruwen Ogien, directeur de recherche en philosophie morale au CNRS, qui s’est fait connaître pour ses travaux pour fonder une « éthique minimale », c’est-à-dire non invasive, la moins moralisatrice possible, fondée sur des droits et non des valeurs (une version courte de ce portrait a été publiée dans Le Monde, 28/10)

    ----------------------------------------------------------------

    Il s’était présenté « Moi, c’est M comme Morale » à la soirée de lancement du « Dictionnaire de la pornographie » des PUF, énorme pavé de 570 pages et 450 entrées alphabétiques ( de « A comme Abection » à « Zoo humain »). Dans son article, il explique comment les notions d’« immoralité » et d’« obscénité » apparaissent en Europe au milieu du XIXe siècle pour justifier des politiques morales répressives et interdire des oeuvres. Ce glissement des jugements moraux réprobateurs - jamais partagés par tous - à une légalité punitive inquiète Ruwen Ogien, depuis longtemps. Beaucoup de son travail tourne autour de la moralisation excessive - qu’elle soit d’Etat, politique ou philosophique. Il s’en explique : « Enfant de survivants de la Shoah, né en Allemagne après la deuxième guerre mondiale, venu en France  assez tôt, mais ayant eu longtemps le seul statut civil de réfugié, j’ai évidemment une sensibilité particulière pour la condition des parias, des réprouvés, de tous ceux que j’appelle les « indésirables » : personnes méprisées, persécutées. déportées, expulsées, éliminées. » Etudiant, il se consacre  à la sociologie et l’anthropologie sociale, passant de Paris à Bruxelles, Tel-Aviv, puis Cambridge en 1984-1985. Il décide de se consacrer à la philosophie analytique, un courant peu pratiqué en France, surtout représenté en Angleterre, aux Etats-Unis et en Allemagne -  par des figures comme Bertrand Russel, Ludwig Wittgenstein, John Rawls. Elle s’attache à mettre en évidence les erreurs de raisonnement des discours, notamment moraux ou politiques, afin de préciser les concepts à l’oeuvre. « Mon attraction pour ce genre philosophique, qui préfère l’humour et la sobriété scientifique à l’hermétisme et la grandiloquence, n’est pas très étonnante, étant donné que  j’ai d’abord tenté de faire de la bande dessinée (avec un succès très modéré je dois le reconnaître), et que j’ai pratiqué, pendant quelques années, l’anthropologie, ce qui m’a forcé à rester attentif aux faits empiriques. » Revenu à Paris, après avoir été un élève de Jacques Bouveresse, père de la philosophie analytique française, il se passionne pour la morale.  Bien vite, il publie. Sur des sujets dérangeants...

    Lire la suite

  • QUAND UN PHILOSOPHE INDIEN CRITIQUE DESCARTES ET NOS DANGEREUX RÊVES DE LIBERTÉ ET D' INDÉPENDANCE

    (DR) Satish-Kumar-Jan-2008.jpg

    NEWS NEWS NEWS. Satish Kumar a été moine jaïn, il a marché avec les proches de Gandhi pour redistribuer les terres, traversé le monde pour dénoncer les armes nucléaires, rencontrer Martin Luther King. Il vient de publier « Tu es donc je suis. Une déclaration de dépendance » (Belfond), un livre où il critique les fondements de la « philosophie égotique » des Occidentaux qui, selon lui, mène le monde à sa perte. Rencontre (article publié en partie dans Le Monde Magazine,  janvier 2011)

    Il semblait ravi de vouloir en découdre. Philosophiquement, bien sûr. D’exposer ses critiques à un journaliste du pays de Descartes, d’une capitale où « Liberté, Égalité, Fraternité » est écrit au fronton des mairies. Il espérait la contradiction, entendait bien discuter pied à pied les fondements mêmes de la pensée française, occidentale, que ce soit le « cogito » cartésien comme les principes de notre République. La veille déjà, au Café de l’Amour, invité à expliquer le titre de son livre « Tu es donc je suis » (Belfond), ses yeux noirs étincelaient, son visage taillé à la serpe s’animait. Tout de suite, m’offrant un thé, il a attaqué fort. « Vous remarquerez que Descartes dit deux fois « Je » dans son « Je pense donc, je suis », il fonde tout seul sa vérité. Tout ce qui vit autour de lui n’existe plus D’ailleurs, il a eu cette révélation en méditant enfermé dans une petite chambre, s’il avait réfléchi dans la nature, entouré d’arbres, d’animaux, caressé par le vent comme Bouddha, il n’aurait pas conclu à une prise de conscience solitaire.»

    Lire la suite