Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • JACQUES CHIRAC, BOUILLONNANT MAIRE DE PARIS.

    09889bee632d838983d1ca03248c4909.jpg
    Jacques Chirac à l'époque où il courait plus qu'il ne marchait (DR)

    NEWS NEWS NEWS L'évènement est sans précédent dans l'histoire de la Ve République : Jacques Chirac, ancien président, dont l'immunité est tombée avec la fin de son mandat présidentiel, a été entendu en juillet dernier dans le cadres des affaires du financement occulte du RPR – son ancien parti - et des emplois fictifs de la Mairie de Paris dans les années 1980. Il a été mis en examen ce mercredi 21 novembre pour détournement de fonds publics dans une affaire datant de la période où il était maire de Paris (1977-1995). Sur l'affaire du financement occulte, l'opinion publique semble s’en désintéresser, d’autant plus qu’un homme a déjà été condamné pour tous les autres, l’ancien premier ministre Alain Juppé. Quant à Jacques Chirac, il a publié une tribune dans Le Monde courant juillet où il rappelle qu’à l’époque incriminée, il fallait bien se débrouiller, en l’absence de règle claire, pour financer les partis politiques – fut-ce de façon occulte, illégale.
    La justice entendra-t-elle ces arguments ? Sans doute. Quant aux emplois fictifs, peut-on les justifier pour les mêmes raisons ? Difficile à défendre. Il rappelle l'époque opaque où le RPR tenait la Marie de Paris, plaçait partout ses hommes. Quoiqu’il arrive, il reste qu’un ancien président de la République a été convoqué par les juges. C’est une avancée de la démocratie française : aucun citoyen n’est plus au dessus des lois.

    Sur cette époque où Jacques Chirac régnait sur Paris, et préparait la lente reconquête du pouvoir par la droite, voici un reportage publié fin 1983 dans le magazine Actuel sur la vigoureuse manière dont le futur président de la République a voulu faire de la capitale une “ville propre”, piétonne, bourgeoise, rénovée, quadrillée par une armada de "motos-crottes", "vespachiennes", "arroseuse-balayeuses" et autres "commandos" de la propreté : une ville moderne et lessivée, qui doit ressembler aux grandes cités aseptisées du Nord, de Genève à Munich, où la rue a disparu.

    BIBLIOGRAPHIE PARIS

    -----------------------------------------------------

    A LA "DIRECTION DE LA PROPRETÉ" DE LA MAIRIE DE PARIS...

    ..."J'ai un problème épouvantable" m'annonce d'une voix catastrophée Monsieur Ozanne le patron de la Direction de la Propreté de la mairie de Paris . Nous sommes en septembre 1983.
    - Que se passe-t-il ?
    - Les fast-foods! Ils vendent les hamburgers dans des emballages jetables... Les Champs-Elysées, les Halles sont jonchés de papiers gras...
    -Mais ils sont balayés tous les matins... je le rassure.
    -Dès midi, il y en a partout !

    Vous n'imaginez pas la terrible responsabilité qui pèse sur les épaules de ce petit homme à l'oeuf dégarni. C'est lui qui est chargé de mettre en oeuvre toutes les campagnes "Paris Ville propre" lancée par Jacques Chirac et la mairie de Paris depuis 1977. Sinon, son seigneur et maire, qui veut détrôner François Mitterrand en 1988, passerait pour un dilettante.
    En cinq ans, Monsieur Ozanne a fait de la Direction de la Propreté une des plus grosses entreprises de la Mairie de Paris. Il traite chaque année un million de tonnes d'ordures. Il doit mener à bien chaque jour l'astiquage d'innombrables mètres carrés de trottoirs et de chaussées, il commande à cinq mille éboueurs difficiles à manier, affiliés à la CGT. Il surveille aussi bien la chute des feuilles en automne, le verglas en hiver que le recyclage des ordures. C'est un des grands patrons de la Ville de Paris. Un homme de confiance de Jacques Chirac.

     

    Lire la suite