Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

kanak

  • OÙ EST PASSÉ LA TÊTE D'ATAÏ, LE GRAND CHEZ KANAK DÉCAPITÉ QUI MENA L'INSURRECTION DE 1878 CONTRE LES COLONS FRANÇAIS ?

    gravure-datai.jpg

    (Gravure représentant le chef Ataï en tenue coutmière. DR)

    NEWS NEW NEWS « L'Ordre et la Morale » de Mathieu Kassovitz, sorti en France le 16 novembre 2011, n’a pas pu être distribué en Nouvelle-Calédonie par le réseau classique, le propriétaire des salles s’y étant opposé. Ce film s’inspire du livre « La Morale et l'action » (1990) de Philippe Legorjus, capitaine du GIGN au moment de l’assaut de la grotte d’Ouvéa par les militaires français en avril 1998 - qui conduisit à la mort de 19 militants kanak et deux soldats. Dans cet ouvrage, Philippe Legorjus se montre très critique envers le gouvernement français qui, selon lui, a décidé de l’issue violente des négociations entre militants et militaires pour des raisons électoralistes : elle a eu lieu entre les deux tours de l’élection présidentielle qui opposa le Premier ministre Jacques Chirac et François Mitterrand (avec le résultat que l’on sait : 54% pour Mitterrand). Au-delà des souvenirs douloureux que ravivent ce film en Nouvelle-Calédonie - les militants kanak, après des mois de lutte acharnée pour être reconnus comme une force politique (appelés « les Evénements »), avaient attaqué la gendarmerie de Fayaoué, tué quatre gendarmes et enlevé trente d’entre eux pour les retenir en otage dans la grotte d’Ouvéa -, il semble important de rappeler le long et douloureux combat des Kanak pour récupérer leur terre et leur dignité. Un grand chef de tribu, nommé Ataï, symbolise depuis 140 ans cet engagement. En 1878 déjà, 25 ans après la prise de possession de la Nouvelle Calédonie par la France, il avait tenté de rejeter les Français à la mer. Après des mois d’affrontements dans toute l’île, l’armée française avait fini par le tuer. Décapité, sa tête avait été envoyée au Musée de l’Homme. Elle y est toujours. Mais les Kanak sont bien décidés à la récupérer…

     ---------------------------------------------------------

     Cette tête tranchée à coup de hache, puis volée, décharnée et sciée, hante les relations entre la Nouvelle-Calédonie et la France depuis presque 140 ans. Elle appartient au « Grand Chef » Ataï, qui a fomenté l’insurrection kanak de 1878, où des dizaines de colons et de Mélanésiens trouvèrent la mort. À ce jour, en dépit de nombreuses pétitions, manifestations, le crâne et le masque mortuaire de ce héros calédonien sont toujours en possession du Musée de L’Homme de Paris.

    Lire la suite