Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

descartes

  • ALAIN FINKIELKRAUT, L'ANTIMODERNE

    Alain finkielkraut. Photo Fred Kihn

     NEWS NEWS NEWS La seule exactitude d’Alain Finkielkraut (Stock) vient de sortir en librairie. C'est un recueil de chroniques écrites au fil de l’actualité, entre janvier 2013 et juin 2015, à l'origine présentées à RCJ (la Radio de la Communauté Juive) et sur le magazine Causeur. Déjà très médiatisées, elles traitent de sujets sensibles, sur un ton volontiers polémique, tel que le mariage pour tous, le nouveau Front national, les manifestations du 11 janvier 2015, l’affaire Leonarda, mais aussi des révélations du magazine Closer sur les amours de François hollande ou de Django Unchained, le film de Quentin Tarentino - « une mixture d’Auschwitz et du Goulag passée au broyeur de l’industrie du divertissement » écrit-il : Finkielkraut ou la formule osée.

    Quels sont les grands axes de la pensée de l'académicien, qui se présente désormais comme l’une des grandes voix de la lutte contre la « bien-pensance », ce qui pourra sembler paradoxal au regard des thèmes qu'il aborde, depuis longtemps, dans ses ouvrages ?  Retour aux sources (Cet article a été publié en partie dans le Monde Culture&Idées

    ____________________________________ 

    I - La défaite de la « haute culture »

    L’essai séminal d'Alain Finkielkraut est La ­Défaite de la pensée (1987), conclu par un retentissant : « La barbarie a donc fini par s’emparer de la culture », qui a beaucoup frappé à l'époque, alors en pleine ébullition culturelle : les radios étaient libres et émettaient dans tout le pays, sept chaînes de télévision naissaient (TV 5, Canal +, TMC, la Cinq, TV 5, TV6, la Sept, la future Arte), le prix unique du livre consolidait quelque peu l'édition, Internet fusionnait avec l'ordinateur individuel, architecture, design, cinéma, mode, photographie, presse renaissaient avec d'importants créateurs français. Qu’entend le philosophe par cette défaite ? Il l’explique dès la première page : « Le terme de culture a aujourd’hui deux significations. La première affirme l’éminence de la vie avec la pensée ; la seconde la récuse. » Hélas, ajoute-t-il, « on constate aujourd’hui qu’il est courant de baptiser culturelles des activités où la pensée n’a aucune part ». Or, celles-ci, assure-t-il, dominent désormais notre monde, partout présentées dans les médias, chez les intellectuels, les critiques, jusque par les ministres comme étant la véritable ­culture. Un affreux « relativisme » règne, si bien qu'aujourd'hui, s’indigne-t-il, « une bande dessinée (…) vaut un roman de Nabokov; un slogan publicitaire efficace vaut un poème d'Apollinaire (...); un rythme de rock vaut une mélodie de Duke Ellington (...) ».

    Quelle est-elle, cette culture qui ne pense pas,  étouffant la «haute culture» ? C’est «la culture de masse» et de «divertissement», c'est-à-dire Hollywood, mais aussi l’avant-garde « post-moderne » et les sous-cultures : «ce n’est plus seulement Hollywood qui édulcore Le docteur Jivago, écrit-il, ce sont les metteurs en scène d’avant-garde qui introduisent au théâtre l’esthétique du music-hall ou celle de la télévision et nul, ou presque, ne s'émeut». Ce sont les mille nouvelles radios qui «chantent, presque toutes sur le même air de guitare, le bonheur d’en finir avec la conversation» (il les a donc toutes écoutées). C'est le rock ou «la régression dans le simplisme absolu d’un rythme universel». Ce sont encore le reggae et toutes les musiques «pour qui le feeling l’emporte sur les mots» (rien n'est dit sur les mots à feeling). Ce sont les séries télévisées des nouvelles télévisions. C’est la chanson populaire façon Renaud. Le rap, régulièrement honni. La bande dessinée. Le graf, le street art, tous ces arts «mineurs». La mode et ses faux « créateurs ». Ce sont les comiques à la Coluche -«Coluche et Renaud font-ils partie de la culture ?». Autrement dit : pour le philosophe inquiet, une bonne part de la culture de son temps ne pense pas, elle est mineure - c'est de la basse culture. 

    Lire la suite

  • A QUOI PENSENT LES ANIMAUX ?

    78d39554b76037269ab8ec6632dfdaf2.jpg
    (Photos de Jill Greenberg. Monkey Portraits)

    NEWS NEWS NEWS Qui écrira leur requiem ? Après l'ours blanc, menacé par la rapide fonte des pôles, des animaux aussi splendides et mythologiques que l'hippopotame, le tigre, plusieurs gazelles du désert, ainsi que quantité de poissons d'eau douce et de mer, de mammifères marins, d'insectes pollinisateurs, et d'oiseaux chanteurs ont rejoint ces derniers mois la liste des espèces en péril. Effrayant chiffrage, selon le dernier rapport de l'Union mondiale pour la nature (UICN, été 2007), 16.119 espèces se trouvent menacées d'extinction : soit... 1 mammifère sur 4 -1 volatile sur 8 -1 amphibien sur 3.
    Au-delà de la disparition tragique et scandaleuse de ces animaux, qui furent pendant des millénaires autant des compagnons, des voisins, des inspirateurs, sinon des dieux, n'oublions pas que nous sommes beaucoup plus proches d'eux - physiologiquement, émotionellemment - que l'imaginent beaucoup d'humains - la prochaine espèce menacée ? N'oublions pas que de très nombreux animaux pensent - sans parole, certes. Sont conscients et doués d'intentionnalité. Souffrent.  Comme nous-autres les bêtes humaines. En regard de ces sombres constats, voici une enquête sur la "conscience animale" publiée dans le Monde 2 (10 août 07), appuyée sur les travaux récents de l'éthologie cognitive et de la biologie animale. La dernière expérience en date, publiée dans Le Monde.fr du 4/12 ("Quand le singe surpasse l'homme", Sciences) montre que les jeunes chimpanzés sont doués d'une mémoire photographique et visuelle nettement supérieure à celle des êtres humains.

    Lire la suite