Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journalisme pensif - Page 7

  • WIKIPÉDIA EST-IL FIABLE ?

    images-2.jpeg

    NEWS NEW NEWS. Début 2012, suite à sa campagne mondiale pour collecter des dons, "l'encyclopédie libre" Wikipédia a collecté 20 millions de dollars (15,3M€) en deux mois. Un million de personnes ont versé à travers le monde. Le pari libertaire de Wikipédia, encyclopédie universelle fabriquée par ses milliers de contributeurs était gagné. Elle continue aujourd'hui, en perpétuelle réactualisation, s'enrichissant chaque jour de nouveaux contenus, surveillée et améliorée par des équipes de bénévoles dans chaque pays. L'époque difficile des années 2007-2008, quand les "trolls" (les lutins vandales) du Net s'amusaient à l'induire en erreur, où les sectaires et les partisans imposaient leurs analyses, semble derrière elle. Nous en racontons ici l'histoire et les grands débats qui l'agitent encore.

    --------------------------------------------------------------------

    Difficile de rater la bobine des contributeurs et dirigeants de Wikipédia les mois de décembre et janvier derniers. Vous faisiez une recherche en ligne, leurs portraits apparaissaient, vous invitant à faire un don. Des nerds de tous âges. Susan et ses longs cheveux blancs. Rémi Mathis, président du site français, avec son air potache. Jimmy Wales le pionnier américain. Ce dernier déclarait en ligne : «Lorsque j’ai fondé Wikipédia, j’aurais pu créer une entreprise commerciale et y placer des bandeaux de publicité. Mais j’ai décidé d’en faire quelque chose de différent. Nous avons travaillé durement au cours des années passées afin d’en faire une organisation simple et économe.» Aujourd’hui, Wikipédia est le cinquième site le plus visité au monde. 450 millions de personnes le consultent chaque mois (soit plusieurs milliards de pages vues), l’encyclopédie est traduite dans 280 langues (dont les 12 langues régionales hexagonales), 1,1 millions d’articles sont en français, consultés par 18,8 millions de lecteurs (Médiamétrie 2011). Pourtant, si les quatre premiers sites les plus populaires du Net, Google, Yahoo, You Tube, Facebook ont levé des investissements colossaux, se financent par la publicité (Google annonce en 2011 un milliard de dollars de chiffre d’affaires sur l’Internet mobile), emploient des milliers de salariés (13000 pour Yahoo), mènent de coûteuses campagnes de marketing, Wikipédia tournait en 2010 avec moins de 10 millions de dollars (7,6M€), 95 salariés et des dizaines de milliers de contributeurs bénévoles. Sans publicité. Décidée à renter indépendante, l’encyclopédie participative est financée à 85% par les dons, le reste par des fondations. En 2010, 240 000 donateurs ont apporté 15 millions de dollars. En ce début 2012, elle a collecté 20 millions de dollars (15,3M€) en deux mois. Un million de personnes ont versé à travers le monde. C’est dire l’énorme succès rencontré. Ces dons aideront à développer Wikipédia et ses « projets frères » : le dictionnaire universel Wikitionnaire, le centre d’actualités Wikinews, la banque de livres Wikibooks, le recueil de citations Wikiquotes, la bibliothèque universelle Wikisource, la communauté pédagogique Wikiversité, la base de données Wikimedia Commons, l’inventaire du vivant Wikispecies. Une gigantesque somme de connaissances gratuite, illustrée, en perpétuelle réactualisation, inconnue dans l’histoire. Un tour de Babel où tous les savoirs passés et futurs sont contenus, digne de celle imaginée par Jorge Luis Borges dans ses « Fictions ».

    Lire la suite

  • "IL Y A TROP D'ÉTRANGERS" DECLARE NICOLAS SARKOZY. UN DÉMOGRAPHE CHERCHE À COMPRENDRE. TROP, C'EST TOUJOURS TROP, SUR QUEL CRITÈRE L'ÉTABLIR ?

    Après les meurtres odieux perpétrés à Toulouse et Montauban par un homme isolé, se réclamant du salafisme, l’immigration et l’Islam sont redevenus des thèmes centraux de la campagne présidentielle. Si tous les partis tombent d’accord pour renforcer la lutte contre l’islam radical, les positions se durcissent sur la question des migrants. Le Front National veut réduire à 10.000 les entrées d’étrangers en France et la réouverture des frontières nationales, dénonçant les accords de Schengen et le pacte de libre circulation européenne. Après avoir déclaré sur France 2 qu’il y avait « trop d’étrangers en France », Nicolas Sarkozy entend lui aussi revenir sur Schengen et réduire l’immigration de moitié. Nous avons demandé à François Héran, démographe, spécialiste des questions de l’immigration à l’Ined – l’Institut National des Études Démographiques qu’il a dirigé de 1999 à 2009 – comment il analysait ces réactions au regard des études récentes sur l’Islam français et l’immigration.

    ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS HÉRAN, DÉMOGRAPHE À L'INED

    Depuis que l’on sait que l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban se disait salafiste, on entend dire que cette mouvance radicale a été sous-estimée en France ? Les enquêtes confirment-elles ces analyses ?

    Selon une enquête du Pew Center menée au printemps 2006 dans les principaux pays européens, les deux tiers des musulmans de France se disaient préoccupés par l’extrémisme islamique. Ainsi 93 % des musulmans de France ne faisaient pas confiance à Ben Laden, 71 % étaient opposés à l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran. Toutefois 16%, approuvaient les attentats-suicides pour riposter aux atteintes à l’islam. Quand 50% des musulmans britanniques ressentent « un conflit naturel entre le fait de pratiquer l'islam et le fait de vivre dans une société moderne », 72 % des Français musulmans perçoivent le contraire.

    Lire la suite

  • "LE SARKOZY SANS PEINE", PAR PATRICK RAMBAUD, PRIX GONCOURT

    (Le Monde Magazine)patrick-rambaud.jpeg

    NEWS NEWS NEWS. Prix Goncourt 1997 pour "La bataille" (Grasset), roman historique consacré à Napoléon, Patrick Rambaud écrit depuis 2007 les moqueuses « Chroniques du règne de Nicolas 1er » (Grasset), énorme succès de librairie. Après cinq années à décortiquer chaque jour les faits et gestes de notre "Prince Survolté", il dit, alors que sort sa cinquième chronique, rire jaune. Rencontre.

    « Je l’ai trouvé pâlot et mal à l’aise. Petite mine. On a l’impression qu’il n’y croit plus. Nous sommes loin du conquérant de 2007 ! ». Le 15 février Patrick Rambaud a regardé la déclaration d’investiture de Nicolas Sarkozy sur TF1. Cela fait cinq ans qu’il raconte à la manière du duc de Saint Simon la geste de notre « Gigotant Monarque » dans ses « Chroniques du règne de Nicolas 1er », un succès considérable en librairie (100,000 exemplaires chaque opus). « Son histoire d’«appel au peuple» m’a semblé assez cocasse. C’est extraordinaire que le Faramineux Leader du Fouquet’s, du bouclier fiscal et la loi TEPA tonne « Je ne serai pas le candidat d’une petite élite » et se réclame du peuple souverain ! Enfin je dis cocasse, mais il ne me fait plus rire...»

    Lire la suite

  • DES STATISTIQUES ETHNIQUES, POUR MESURER QUOI, POUR QUOI FAIRE ?

    (DR)18725240.jpeg

    NEWS NEWS NEWS Au moment où le président Nicolas Sarkozy déclare à la télévision qu' "il y a trop d'étrangers en France", une phrase à fort impact émotionnel et sans véritable contenu - de quel "étranger" parle-t-il, des immigrés venus travailler, des millions de Français d'origine immigrée, des Européens qui passent leur retraite en France, des travailleurs clandestins, de personnes de couleur, des bi-nationaux ? -, on oublié qu'en septembre 2008, le même Nicolas Sarkozy lançait un Commissariat à la diversité et à l'égalité des chances. Il en nommait président une des figures de la réussite pour un enfant d'immigré, Yazid Sabeg, fils d'un docker algérien, dirigeant d'une société d'informatique employant 4000 personnes, qui milite depuis des années pour une "discrimination positive" à la française et des "statistiques éthniques" capables de mesurer la diversité de la société française. Nous l'avons rencontré, alors que la campagne électorale s'enlise dans de douteux débats sur la viande halal et la dénonciation obsessionnelle de l'immigration.

    Yazid Sabeg, le commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances nommé par Nicolas Sarkozy, n’a pas le moral en cette période électorale. La course de la droite après l’extrême droite est « un crève-cœur » pour lui. Son engagement mérite d’être raconté. En 2004, il publie avec l’Institut Montaigne « Les oubliés de l’égalité des chances », puis « La discrimination positive. Pourquoi la France ne peut y échapper » (Calmann-Lévy) où il réclame l’usage de « statistiques ethniques » pour mesurer les discriminations subies par les enfants de l’immigration. En 2005, il rejoint l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, travaille sur la déshérence des banlieues, qui vont s’enflammer en novembre. Patron d’une société informatique cotée en bourse, employant 4000 personnes, ce fils d’un docker algérien venu en France incarne l’exception de la règle qu’il dénonce. « Cinq millions de Français sont issus de l'immigration maghrébine, explique-t-il. Pour quelques centaines qui réussissent, l’immense majorité vit en banlieue, en marge de la République, renvoyés à leur origine, désespérant de jamais devenir des Français comme les autres. Pierre Bourdieu a raison. Dès l’école, tout est joué. 150,000 enfants en sortent chaque année sans qualification, souvent des enfants d’immigrés. » Quand décrochent-ils ? Combien passent le bac, font des études supérieures, se retrouvent chômeurs, ou délinquants ? Quelles matières scolaires sont sélectives ? Pour le savoir, il faut des mesures statistiques. Il sourit d’un air las (qui tranche avec la force que dégage cet homme de 60 ans, épais, solide et sûr de lui) : «On ne pouvait plus continuer à s’aveugler. »

    Lire la suite

  • ENFANTS D'HOMOSEXUELS, ENFANTS INVISIBLES

    28734dfcd8d21d92297a355595f703f3.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     (Claire Breton a 27 ans : "Je n'existe pas pour la société" . Photo Le Monde)

    NEWS NEWS NEWS Après François Fillon, qui a déclaré être contre le mariage homosexuel dans l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2,  Nicolas Sarkozy a pris à son tour position contre dans un entretien accordé samedi 11 février au Figaro Magazine, où il défend ses "valeurs"."En ces temps troublés, a-t-il expliqué, où notre société a besoin de repères, je ne crois pas qu'il faille brouiller l'image de cette institution sociale essentielle qu'est le mariage". Il s'est aussi déclaré défavorable à l'homoparentalité. Cette prise de position très droitière traduit un net recul avec ses propositions de 2007, où il proposait un "contrat civil" qui n'a jamais vu le jour. Elle constitue un inquiétant déni de réalité. Des centaines de milliers d'homosexuels vivent maritalement en France ou sous le régime du PACS. Au moins 100000 enfants sont élévés par des couples homosexuels.

    En éclairage, une enquête publiée pour Le Monde Magazine au printemps 2005, où des enfants élevés dans des familles homosexuelles témoignent.

    BIBLIOGRAPHIE HOMO

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : MOEURS
  • "LES MARCHÉS FINANCIERS GOUVERNENT". ENTRETIEN AVEC ANDRÉ ORLÉAN, ÉCONOMISTE "ATTERRÉ"

    (DR) 01830489.jpeg

    NEWS NEWS NEWS L'agence de notation  Standard & Poor's a dégradé la note de la France, lui reprochant de perdre en solvabilité du fait d'une politique publique jugée laxiste par les financiers. Depuis, le gouvernement a perdu sa crédibilité économique - il faut dire que le président Sarkozy avait hasardeusement associé le succès de sa politique à la note "triple A" -, tandis que la gauche s'inquiète pour l'avenir du pays et les économistes craignent une spirale défaitiste. Faut-il rappeler que « la politique ne se fait pas à la corbeille », comme disait le général de Gaulle le 28 octobre 1966, quand la bourse plongeait, après avoir exagérément monté en 1962 ? L’ « économiste atterré » André Orléan, directeur de recherche au CNRS, cite cette formule gaullienne dans l'entretien qui suit. Il y critique les politiques français et européens, qu'il trouve par trop assujettis aux décisions des marchés financiers. Il appelle au retour du volontarisme en politique, à l'unité européenne pour soutenir les pays endettés, aux solutions keynésiennes pour réguler les dérives financières.

    Lire la suite

  • SYRIE. VOYAGE AU BOUT DE LA PEUR. RENCONTRE AVEC LA ROMANCIÈRE SAMAR YAZBEK, REFUGIÉE À PARIS

    (DR) 3. soutien S.Yazbek.JPG

    NEWS NEWW NEWS En dépit des observateurs envoyés par les pays arabes fin décembre, la répression sanglante continue en Syrie. Les manifestations aussi. La peur n'a pas brisé les opposants. Réfugiée à Paris, l’écrivaine Samar Yazbek nous parle de la peur et du courage.

    Le 26 décembre, la Syrie a connu une de ses journées les plus meurtrières. Soixante à soixante-dix soldats de l'armée ont été abattus alors qu'ils tentaient de s’enfuir des garnisons de Kansafra et Kafr Awid, au nord-ouest du pays. Treize personnes ont péri dans la province de Homs, onze a Deraa, neuf dans l'Idleb, trois autour de Deir Ezzor, un prisonnier est mort sous la torture à Hama. À Damas, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants dans le quartier de Midane. Le jeudi 29 décembre, alors qu’une mission de la Ligue arabe se rendait dans les régions soulevées, elles ont encore tué vingt-cinq personnes. À Douma, au nord de Damas, elles ont tiré sur l’immense foule qui manifestait place de la Grande Mosquée, au moment même où un groupe d'observateurs arabes arrivait à la mairie. Ce massacre fait douter ceux qui espéraient un cesser le feu avec l’arrivée d’intercesseurs internationaux. À ce jour, selon une estimation de l'ONU, renseignée par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), la répression en Syrie a fait au moins 5000 morts. Il faut ajouter des milliers de disparus, plus de 10.000 arrestations arbitraires, 15.000 à 20.000 réfugiés, des assassinats ciblés d’opposants, la torture en masse, des viols, des mutilations pour l'exemple.

    Ce 30 décembre, des dizaines de milliers de manifestants ont encore défié la police dans la province d’Idleb. Tous savent ce qu’ils risquent. Pourtant, ils continuent...  Il faut voir les manifestants crier et bondir tous ensemble face aux soldats armés sur les films amateurs d’Internet. Il faut lire les témoignages de leur bravoure sur les blogs, alors que leur sang coule. À quel moment le courage l’emporte-t-il sur la peur ? Quand décide-t-on d’affronter la mort ? De se sacrifier pour une révolution qui avance les mains nues ?

    Lire la suite

  • LA POLITIQUE DU NU À TRAVERS LE MONDE

    821222_aliaa-magda-elmahdy-egypte.jpg

    NEWS NEWS NEWS. Que ces soit en Egypte, en Chine, en Europe ou au Brésil, des artistes contestataires, des féministes ou des organisations écologistes se montrent nus pour se faire entendre. Les réactions des pouvoirs diffèrent considérablement d'un pays à l'autre. En Egypte, on vous menace de mort, en Chine vous risquez des mois de prisons, en Europe une garde à vue et 1000 euros d'amende. Tour d'horizon...

    Elle vous dévisage, tandis que vos yeux glissent sur son corps nu. À droite de sa photo, on lit « La laïcité est la solution ». Dessous, ce texte : « Condamnez les modèles nus de la faculté des Beaux-Arts du Caire des années 1970… … détruisez les statues archéologiques...  ensuite déshabillez-vous et regardez-vous dans un miroir… brûlez ce corps que vous détestez tant… et débarrassez-vous de vos complexes sexuels avant de m'insulter et m'empêcher de m'exprimer librement. ». Nous sommes sur le blog de la jeune égyptienne Aliaa Magda Elmahdy, 20 ans. Son autoportrait nu, au corps frêle, en bas noirs, a déclanché un énorme scandale là-bas. À côté, le compteur des « pages vues » tourne sans arrêt. 4,5 millions en un mois. 3000 commentaires en quelques jours. C’est beaucoup pour un « nu artistique ».

    Lire la suite

  • OÙ EST PASSÉ LA TÊTE D'ATAÏ, LE GRAND CHEZ KANAK DÉCAPITÉ QUI MENA L'INSURRECTION DE 1878 CONTRE LES COLONS FRANÇAIS ?

    gravure-datai.jpg

    (Gravure représentant le chef Ataï en tenue coutmière. DR)

    NEWS NEW NEWS « L'Ordre et la Morale » de Mathieu Kassovitz, sorti en France le 16 novembre 2011, n’a pas pu être distribué en Nouvelle-Calédonie par le réseau classique, le propriétaire des salles s’y étant opposé. Ce film s’inspire du livre « La Morale et l'action » (1990) de Philippe Legorjus, capitaine du GIGN au moment de l’assaut de la grotte d’Ouvéa par les militaires français en avril 1998 - qui conduisit à la mort de 19 militants kanak et deux soldats. Dans cet ouvrage, Philippe Legorjus se montre très critique envers le gouvernement français qui, selon lui, a décidé de l’issue violente des négociations entre militants et militaires pour des raisons électoralistes : elle a eu lieu entre les deux tours de l’élection présidentielle qui opposa le Premier ministre Jacques Chirac et François Mitterrand (avec le résultat que l’on sait : 54% pour Mitterrand). Au-delà des souvenirs douloureux que ravivent ce film en Nouvelle-Calédonie - les militants kanak, après des mois de lutte acharnée pour être reconnus comme une force politique (appelés « les Evénements »), avaient attaqué la gendarmerie de Fayaoué, tué quatre gendarmes et enlevé trente d’entre eux pour les retenir en otage dans la grotte d’Ouvéa -, il semble important de rappeler le long et douloureux combat des Kanak pour récupérer leur terre et leur dignité. Un grand chef de tribu, nommé Ataï, symbolise depuis 140 ans cet engagement. En 1878 déjà, 25 ans après la prise de possession de la Nouvelle Calédonie par la France, il avait tenté de rejeter les Français à la mer. Après des mois d’affrontements dans toute l’île, l’armée française avait fini par le tuer. Décapité, sa tête avait été envoyée au Musée de l’Homme. Elle y est toujours. Mais les Kanak sont bien décidés à la récupérer…

     ---------------------------------------------------------

     Cette tête tranchée à coup de hache, puis volée, décharnée et sciée, hante les relations entre la Nouvelle-Calédonie et la France depuis presque 140 ans. Elle appartient au « Grand Chef » Ataï, qui a fomenté l’insurrection kanak de 1878, où des dizaines de colons et de Mélanésiens trouvèrent la mort. À ce jour, en dépit de nombreuses pétitions, manifestations, le crâne et le masque mortuaire de ce héros calédonien sont toujours en possession du Musée de L’Homme de Paris.

    Lire la suite

  • L'ARBRE, NOTRE TRÈS PRÉCIEUX ALLIÉ

    (DR)images.jpeg

    NEWS NEWS NEWS L’année internationale de la forêt s’achève, le mois de l’arbre urbain -  octobre 2011 -  est passé, la France vient de signer le protocole international de Nagoya sur la biodiversité, le botaniste Francis Hallé appellé les élus à respecter les arbres citadins, tous ces événements nous le confirment : nous ne saurions vivre sans nos vieux compagnons et citoyens tranquilles, les arbres.

    ---------------------------------------------------------------------------

     

    Donnez-moi un arbre et je sauverai le monde, nous dit le botaniste Francis Hallé, qui vient de publier "Du bon usage des arbres. Pladoyer à l'attention des élus et des narques" (Actes Sud). Par lequel commencer ? Le platane que planta Buffon en 1785 à l’entrée du Jardin du Plantes. D’abord, les visiteurs peuvent constater sa grande forme 226 années après, "alors qu’il n’a jamais été taillé  ".Car le platane vit très longtemps, comme de nombreux arbres. Ils sont même « potentiellement immortels » précise Hallé : « Si un homme est sénescent, c’est-à-dire programmé à mourir, pas un platane.». Après la chute des feuilles, la vie repart au printemps, et l’arbre retrouve son génome juvénile. Il est régénéré. S’il n’était pas agressé par les éléments, les accidents, les maladies, ou les humains, le platane, comme beaucoup arbres, vivrait des siècles. « Quand on dit un platane ou olivier centenaire, on parle d’un gamin en culotte courte » s’amuse Hallé, qui connaît un olivier de 2000 ans à Roquebrune-Cap-Martin - dans ce midi, où les platanes apportent ombrages et fraîcheur. Ajoutons que l’olivier comme le platane, et la plupart des arbres, créent des colonies. Il distribue des graines alentour, car l’arbre est sexué, mais étend aussi des racines à partir desquelles, par réitération ou clonage, des descendants poussent. « En cela, explique le botaniste, l’arbre ressemble  à un récif de corail. ». Voilà pourquoi on trouve des platanes centenaires entourés de vieux frères, mais encore des peupliers se réitérant depuis 10 000 ans dans l’Utah, des larrea de 13000 ans dans le désert de Mojave, et un houx royal vieux de 43000 ans, s’étalant sur un kilomètre, en Tasmanie. « Toute l’histoire de notre espèce zoologique tient dans la vie d’un arbre. Cela devrait nous ramener à une certaine humilité » philosophie Francis Hallé. C’est sans doute là le premier service que nous rend l’arbre…

    Lire la suite