Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

audace - Page 2

  • ON NE PRETE PAS QU'AUX RICHES. ENQUÊTE SUR LE MICRO-CREDIT ET MOULTES HISTOIRES DE CREATION D'ENTREPRISES INDIVIDUELLES EN FRANCE PAR DES LICENCIES ET DES CHÔMEURS

    auer11.jpg

    NEWS NEWS NEWS Avant la récession, quand on parlait de micro-crédit, beaucoup pensaient aux associations du Bengladesh, d'Inde, ou encore au prix Nobel de la paix, Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank, la banque des pauvres. Que l'on se détrompe. L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE), propose des microcrédits en France depuis vingt ans, et a déjà sorti 60 000 personnes de la précarité. A l’heure de la débâcle des institutions financières, elle développe une stratégie permettant à des chômeurs, des rmistes, des gens en fin de droit, des jeunes sans travail, des qualifiés sans emploi à leur mesure, des licenciés, des femmes seules de créer leur propre actiivité, et leur "auto-entreprise". Enquête auprès de celles et ceux, précaires de tous âges et tous milieux, à qui l’ADIE a permis de rebondir dans toute la France (publié dans le Monde 2, 28/02)

    -----------------------------------------------------------------------------------

    Tant va la croyance à  la vie qu'à la fin elle se gagne. Lorsque Fatiha quitte l’Algérie pour Marseille, en 1998, avec sa famille, elle a 15 ans. Son père, naturalisé français, est coiffeur. Elle passe un BEP de comptabilité. A 18 ans, menue, jolie, des yeux noisette, elle multiplie les stages. Elle fait ensuite une formation de secrétaire médicale. Encore des stages. « Je faisais l’accueil, répondais au téléphone. » Fatiha commence alors à faire le tour des entreprises marseillaises. Petits boulots, stages à nouveau. Elle a 21 ans. Avec sa famille, quatre sœurs, deux frères, elle vit dans un petit appartement des quartiers Nord. Le père a longtemps exercé en Algérie mais, n’ayant pas le brevet professionnel français, il ne peut se mettre à son compte. Il fait des remplacements dans un salon. Fatiha décide d’apprendre à coiffer, espérant profiter des contacts de son père. Elle suit un apprentissage, 4 000 € pour l’année. Papa paye la moitié, le conseil général l’aide. La voilà avec un CAP. La course à l’emploi recommence. « Je faisais les shampoings, je balayais. » Fatiha a 23 ans...

    Lire la suite

  • ROMAN NOIR. QUAND NORMAN MAILER DEFENDAIT JACK ABBOTT, ASSASSIN ET ECRIVAIN

    12mailer.span.jpg

    Juillet 1981. Norman Mailer se défend. La presse l'attaque pour avoir fait libérer le prisonnier Jack Abbott. Ici, le New York Post lui fait dire "J'aiderai encore un assassin". (DR)

    NEWS NEWS NEWS Les éditions du Cherche Midi publient la correspondance de deux écrivains new-yorkais, grand figures des colères et des éclats des seventies, dont l’œuvre résonne encore puissamment aujourd’hui : Norman Mailer et Jean Malaquais (Le Cherche-Midi, 284p). Rage bien réelle, révolte trempée, critique de la mollesse et du cynisme, amitié profonde et critique, c’est tout l’envers des provocations à un centime de la correspondance fabriquée des amis publics BHL et HBL.

    Pour comprendre un peu mieux la personnalité des deux personnages, voici un enquête faite à New York fin 1981 quand Norman Mailer et Jean Malaquais défendaient un écrivain indéfendable, l’assassin Jack Abbott. En 1980, après 25 années de prison, Jack Abbott envoie l’histoire de sa vie à Norman Mailer. L’écrivain trouve le récit fort, aide à le faire publier et écrit la préface de l'ouvrage - son titre « Dans le ventre la bête ». Du jour au lendemain, Jack Abbott le paria devient un auteur à succès. Norman Mailer, Jean Malaquais et d’autres écrivains l’aident à sortir de prison - il va écrire un autre livre, dehors cette fois. Un mois après sa libération Jack Abbott poignarde un jeune patron de restaurant au cours d’une altercation. L’affaire Abbott commence. Norman Mailer se rend au procès de Jack Abbott – injurié par tous, il le défend encore.

    (Ci-dessous un reportage réalisé en mars 1982 pour Actuel)

    Lire la suite

  • TONI MORRISON, UN NOUVEAU ROMAN. LA REVOLTE DES NOIRS ET DES PAUVRES BLANCS CONTRE L'ESCLAVAGE ET LE TRAVAIL FORCE A MENé AU RACISME AMERICAIN

    31a704c7364393b9ebdcebc23bf45d09.jpg
    News News News. Toni Morrison, prix Nobel de littérature, publie un nouveau roman aux Etats-Unis, "A mercy", à paraître en avril 2009 aux éditions Christian Bourgois. Le livre raconte comment l'esclavage a mené au racisme - et comment il s'en différencie. Elle y rappelle l'événement historique qui sert detoile de fond au livre, appelé "la révolte de Bacon" - 1676, Virginie - quand un groupe de cinq cents, serviteurs blancs, esclaves noirs, Noirs affranchis, renversèrent le gouvernement de la cette colonie.  Ils furent bientôt chassés, puis capturés. Toni Morrison a raconté la suite dans un entretien publié sur le site du Nouvel Observateur. "Les propriétaires, se jurant de ne jamais laisser une chose pareille se reproduire, établirent des lois, parmi lesquelles celle-ci : tout homme blanc pouvait mutiler ou tuer n'importe quelle personne noire, pour quelque raison que ce soit, à quelque moment que ce soit. ? (...) Voilà de quoi nous avons hérité : on a transformé les pauvres en antagonistes. Cela donne un sens à la couleur de peau; cela permet à des Blancs pauvres comme Job d'éprouver un petit sentiment de supériorité tout simplement parce qu'ils sont blancs et pas noirs."
    Toni Morrison a apporté son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama, qund il était encore un outsider. Dans une lettre ouverte datée du 29 janvier dernier, elle faisait un portrait enthousiaste du jeune candidat : "En plus d'une intelligence aiguë,de l'intégrité et d'une authenticité rare, vous faites preuve de quelque chose qui n'a rien à voir avec l'âge, l'expérience, la race ou le sexe, et quelque chose que je ne vois pas chez les autres candidats. Ce quelque chose est une imagination créatrice associée à la sagesse". Nous allons bientôt savoir si l'écrivain se trompait, ou faisait preuve de prescience.
    En sept romans magnifiques, Toni Morrison a obtenu le prix Nobel de littérature. Son huitième, "Love" (Christian Bourgois), a séduit le public, tant en Amérique qu'en France. Pendant l'entretien qui suit, fait chez elle à New York l'hiver 2005, elle parle des magiciens qui s'envolaient des champs de coton pour échapper à l'esclavage, de Fats Waller et la naissance du jazz, "la musique du diable", et du "lamentable régime de Georges W Bush" (publié dans Le Monde 2)
    _______________________________________________________________________

    A NEW YORK, QUARTIER DE SOHO...

    "Ma grand-mère jouait au loto avec mes rêves. Elle me demandait de les raconter, puis elle les traduisait en chiffres qu'elle allait jouer dans les loteries clandestines. Je lui racontais un rêve de mariage, elle consultait un livre d'interprétation, et elle composait des numéros du loto. Un mariage, c'était deux plus un, trois. La mort de quelqu'un c'était zéro. Des fois, j'inventais des rêves extraordinaires, pour lui plaire. Elle adorait que nous brodions des histoires, ma sœur et moi, toute la famille. Le soir, nous improvisions, des aventures de dragons, des blagues, des intrigues amoureuses, nous rivalisions. Grand-mère nous mettait des notes. Parfois, à une bonne histoire, tout le monde applaudissait..."
    Elle ressemble à une chanteuse de gospel. Coffre, charisme, puissance. La voix impressionne. Profonde, basse. Elle fait sonner chaque phrase, elle la détache, comme si elle lisait un texte. Non qu'elle s'écoute, elle aime les mots. Elle aime le langage. Elle vous envoûte. "Mes rêves pour le loto de grand mère… Ce furent peut-être mes premiers récits d'imagination. Je les fabriquais de toutes pièces, des histoires magiques, des personnages fantastiques, l'enfance baigne dans la magie... Mes premiers, tout premiers écrits ? C'était à la craie, dans la rue, j'avais quatre, cinq ans, avec ma sœur, nous recopions sur le trottoir les phrases obscènes écrites sur les murs, dans les toilettes, nous les réécrivions par terre, ça nous faisait rire ! "

    Lire la suite

  • FRANCOISE BARRE-SINOUSSI DE L'INSTITUT PASTEUR REÇOIT LE PRIX NOBEL DE MEDECINE. "UN PAYS QUI PERD SA RECHERCHE EST UN PAYS EN VOIE DE SOUS-DEVELOPPEMENT."

    b1e9b5d2-956c-11dd-8bb1-5d96f384b802.jpg
    ( Luc Montagnier, Jean Claude Chermann - oublié par l'académie Nobel - et Françoise Barré-Sinoussi en 1983, Institut Pasteur, Paris)
    NEWS NEWS NEWS. Le 20 mai 1983, paraissait dans l'hebdomadaire américain Science un article signé par plusieurs chercheurs français ( Barré-Sinoussi F, Chermann JC, Rey F, Nugeyre MT, Chamaret S, Gruest J, Dauguet C, Axler-Blin C, Vézinet-Brun F, Rouzioux C, Rozenbaum W, Montagnier L. : « Isolation of a T-lymphotropic retrovirus from a patient at risk for acquired immune deficiency syndrome (AIDS). », Science, no 220, 20 Mai 1983, 4599, p. 868-71) identifiant pour la première fois le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), responsable du sida. Vingt cinq ans après, le lundi 6 octobre 2008, le prix Nobel de médecine vient récompenser Françoise Barré-Sinoussi et le professeur Luc Montagnier, qui dirigeait l'équipe de l'Institut Pasteur - oubliant le troisième membre clef de l'équipe Jean-claude Chermann. Défiant les laboratoires américains et leurs budgets colossaux, Françoise Barré-Sinoussi et son équipe ont réussi cette prouesse en dehors de sentiers battus de la recherche, isolés, mal considérés par les politiques, avec les moyens du bord, attachés à suivre la démarche qui leur semblait la plus juste. Pour Le Monde 2, j'avais rencontré Me Françoise Barré-Sinoussi en mars 2004, à l'époque où le mouvement "Sauvons la Recherche" battait son plein, dénonçant la détérioration de la situation des chercheurs en France - ce même mouvement qui s'est opposé  au plan de restructuration de la ministre Valérie Pécresse en février 2008. A l'époque, Françoise Barré-Sinoussi déclarait : "Avec la politique actuelle, nos recherches n'auraient même pas été financées".
    ------------------------------------------------------------------------------------
    INSTITUT PASTEUR, METRO RAGE...
    ...A l'entrée de l'Institut Pasteur, en ce 1er mars 2004, trois jeunes chercheurs distribuent un tract encadré de noir, un faire-part. Ils appellent le personnel et les passants à se retrouver le surlendemain à la station de métro Pasteur, qu'ils entendent rebaptiser «Rage». Ils prévoient aussi, par une action symbolique, "d'enterrer la recherche" en grande cérémonie. Une chercheuse en biologie, parka vert, énervée, 35 ans, interpelle les passants: «N'apportez ni fleurs ni couronnes. Venez avec un brassard noir. Pasteur en personne sera présent.» Métro "Rage". Aujourd'hui le mot court parmi les chercheurs français. Ils l'ont, la rage.

    Lire la suite

  • BANKSY GRAFFEUR ANARCHISTE ET CLANDESTIN DEVIENT UNE VALEUR MONTANTE DES GALERIES LONDONIENNES. SES POCHOIRS SE VENDENT 150.000 LIVRES.

    4b5b138af33f86a5fce5e3cf31ea2623.jpg

    17008ad33834e451260722c4130f4c35.jpg

    4bde6e88361a4f17f0313877a3a936f9.jpg

    Un graphe effacé

    0cff303785d8831eb401d775a83ab97d.jpg

    233459c6dea3d6b8fb15528c32c33685.jpg

    News News News. En avril dernier, le célèbre graffeur inconnu Banksy a réalisé son oeuvre urbaine la plus monumentale, "ONE NATION UNDER CCTV", "Une nation sous vidéo-surveillance" (Ci-dessus), où il dénonce l'inquiétante généralisation des caméras de surveillance dans toute l'Angleterre. Du 29 février au 29 mars, Banksy exposait ses sérigraphies et peintures, inspirées de ses graphes et pochoirs, dans l'antique galerie londonienne Andipa.

    36fa6843cc777ee5138f9ad2d5c9e624.jpg

    Aujourd'hui, les sérigraphies et peintures de Banksy connaissent une envolée de prix phénoménale (Angelina Jolie, Brad Pitt, Christine Aguilera figurent parmi ses collectionneurs). Un graphe intitulée "Riot green" acquis pour 300 livres il y a huit ans par un étudiant a été mis en vente 150.000 livres pendant l'exposition londonienne. Durant l'exposition présentée à la gaelrie Andipa, la cote de Banksy a encore monté - le stencil ci-dessus se serait vendu 100.000 livres. Rien n'arrête le marché. Bientôt les rue graffitées par Banksy deviendront sans doute les plus chères de Londres. (Ci-dessous, une enquête sur Banksy et le mouvement grandissant des artistes de rue publiée dans Le Monde 2).

    Lire la suite

  • MICHEL LE BRIS. ETONNANT BAROUDEUR

    24f416aecffe513d4473458a13ff29f5.jpg
    News News News. Le vingtième festival des Etonnants Voyageurs s’achève à Saint Malo. Outre soixante mille visiteurs, cent cinquante écrivains s’y sont croisés ( parmi lesquels Alaa El Aswany, Alain Mabanckou, Fabrizio Gatti, Boualem Sansal, Colum Mc Cann, Sherman Alexie, Dany Laferrière, Xinran, Maryse Condé …), deux cents films et documentaires ont été projetés (surtout des documentaires), quatre-vingts débats sur les thèmes de la migration et des migrants ont drainé les foules, sans oublier les grandes rencontres sur les « saveurs de monde » et les longues soirées festives, passablement ivres, dans les bars de nuit.
    Un festival voulu et imaginé quelques vingt années plus tôt par Michel Le Bris. Dont voici un portrait réalisé pour le Monde 2 en mai 2006. Aujourd'hui Michel Le Bris préparé déjà le XXe festival des Etonnants voyageurs, et publie fin juin un énorme roman chez Grasset - sujet, le Harlem des années 1920 et le Kenya de la même époque...
    ------------------------------------------------------------------------
    Michel Le Bris ou le pionnier perpétuel.
    Peu de gens connaissent l'itinéraire intellectuel de ce barbu toujours pressé (sauf lorsqu'il se tape la cloche), passionné de littérature mondiale et spécialiste de l'histoire de la piraterie, féroce dans ses jugements sur «les pissous maigrelets des anorexiques claustrophobes de la littérature française», qui a réussi à monter et faire prospérer l'un des plus enrichissants festivals littéraires d'Europe, les Etonnants Voyageurs - et ses équivalent épisodiques à Sarajevo, Dublin, Missoula (Etats-Unis, pour deux printemps) et depuis peu, Bamako et Port-au-Prince (Haïti). Peu de gens savent par exemple que l'homme a fait huit mois de prison en 1971 parce qu'il avait pris la direction du journal d'extrême gauche interdit La Cause du peuple, juste avant Jean-Paul Sartre - qui, lui, ne fut jamais emprisonné bien qu’il ait vendu le journal sur un tonneau, devant les usines Renault de Billancourt.
    Ici, un rapide retour en arrière s'impose.

    Lire la suite

  • ALBERT HOFMANN. LE PÈRE DU LSD DISPARAIT À 102 ANS, APRES AVOIR ETE FETE AU WORLD PSYCHEDELIC FORUM (BÂLE)

    37f75a2466e7b34fbcbf7d7adc136f75.jpg

    NEWS. NEWS. NEWS. NEWS. NEWS. LE CHIMISTE ALBERT HOFMANN, L'INVENTEUR DU LSD EST DECEDE LE 29 AVRIL D'UNE CRISE CARDIAQUE À BÂLE (SUISSE). IL AVAIT FAIT UNE BREVE APPARITION AU WORLD PYSCHEDELIC FORUM LE 21 MARS 2008 (BÂLE), Où SE RETROUVAIENT L'AVANT-GARDE DES CHERCHEURS SUR LES PSYCHOTROPES, QU'ILS SOIENT ANTHROPOLOGUES (RELIGIONS, CHAMANISME), MYTHOLOGUES, BOTANISTES, CHIMISTES, PSYCHOLOGUES OU PHILOSOPHES. En écho à cette disparition, voici un reportage au "LSD Symposium" de février 2006 à Bâle, où Albert Hofmann avait fêté ses 100 ans entouré de plusieurs miliers d'amateurs de psychotropes, jeunes de la génération techno comme anciennes figures du mouvements psychédélique, mais aussi de chercheurs en sciences humaines, de musiciens et d'artistes, ou de chimistes spécialisés dans les "design drugs". Une cérémonie émouvante, haute en personnages allumés. Albert Hofmann nous a raconté ce jour là comment il avait pris une dernière fois du LSD à 97 ans - et pourquoi. (publié dans Le Monde 2, mai 2006)
    BIBLIOGRAPHIE HOFMANN

    27cf6c53aa22570cca071a4f076aaf33.jpg

    (Portrait de Albert Hofmann sur le site MAPS, l'association des études psychédéliques)

    ---------------------------------------------------------------------------------------

    REPORTAGE AU LSD SYMPOSIUM, BÂLE, SUISSE...

    -J’ai repris du LSD il y a trois ans. Une petite quantité… Albert Hofman parle, du haut de ses 100 ans, la voix claire.
    -Il a bien dit " il y a trois ans " ? Il a pris du LSD à 97 ans ? C’est bien cela ?" La jeune journaliste de TF1 s'étonne, rieuse. Nous sommes avec Albert Hofmann dans la salle de presse du symposium " LSD. Problem child and wonder drug " (LSD. Enfant terrible et drogue prodige).
    Albert Hofmann, continue en allemand, le plus sérieusement du monde, : " Je voulais tester une faible dose, elle pourrait donner un antidépresseur à base de LSD. Je pense qu’à notre époque où l’humanité devient toute urbaine, l’homme perd le contact avec la nature. Il ne ressent plus qu’il fait partie du monde, il n’éprouve plus son unité avec le vivant, il ne voit plus la splendeur de l’univers, alors il désespère..."
    À 100 ans, Albert Hofmann réfléchit encore à un usage bénéfique du diéthylamide de l’acide lysergique, un alcaloïde tiré de l’ergot du seigle, le fameux "acide" de l’époque psychédélique chanté par les Beatles (Lucy in the Sky with Diamonds), aujourd’hui consommé pendant les "raves " et les festivals de musique techno - toujours complètement illégal. Le LSD qui vous emmène pour plusieurs heures " en voyage " dans votre psyché. En " trip ". Et parfois en " horror trip ", comme le rappelle à chaque fois Albert Hofmann - qui a raconté le sien dans son libre LSD, mon enfant terrible (éditions du Lézard, 1997).
    E
    n son honneur, ce 14 janvier 2006, quatre-vingts intervenants se succèdent dans les salles du palais des congrès de Bâle, des neuropsychiatres, des psychologues, des ethnobotanistes, des chimistes, des mythologues, des pharmacologistes, tous les chercheurs es-psychotropes de la planète, mais aussi des musiciens, des peintres, des éditeurs et quelques anciennes figures du mouvement psychédélique comme John Dunbar, le galeriste londonien chez qui Yoko Ono et John Lennon se sont rencontrés, ou Ralph Metzner, le pionnier de la recherche sur le LSD à Harvard avec Timothy Leary. Ils sont tous venus fêter le centième anniversaire d’Albert Hofmann, et discuter trois jours durant des dernières découvertes sur les plantes psycho-actives, les " drogues de synthèse", les " états modifiés de conscience " et les nouveaux médicaments anti-dépresseurs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : MOEURS
  • MUHAMMAD YUNUS, PRIX NOBEL DE LA PAIX 2006 : "POURQUOI LA CRISE DES SUBPRIMES ? LES BANQUES ONT TROMPE LES GENS..."

    bd21f8f68d7b969e8847954ff55d11e8.jpg


    NEWS NEWS NEWS. Muhammad YUNUS, le fondateur de la Grameen Bank, la banque internationale consacrée au micro-crédit - qui a sorti de la pauvreté chronique plusieurs dizaines de millions de gens - était de passage à Paris pour présenter son essai consacré au "capitalisme social" (Vers un nouveau capitalisme. Lattès, 2008). Une occasion de s'entretenir avec cet économiste et banquier atypique, alors que le système mondial du crédit connaît une faillite historique, que plusieurs grandes banques américaines et anglaises se sont effondrées, la peur de la récession gagne l’Amérique, et des dizaines de milliers d’Américains se retrouvent poussés à la rue par les organismes prêteurs.
    Que pense Muhammad Yunus de cette crise financière qui affecte durablement l'économie mondiale, et risque d'agraver encore l'appauvrissement général - les "émeutes de la faim" ont touché trente pays pauvres ces trois dernières semaines ? Comment analyse-t-il cet effondrement du système bancaire depuis la Grameen Bank, la banque des pauvres à laquelle aucun financier, aucune banque ne voulait croire - ni aider -, la Grameen Bank où les taux de remboursement dépassent les 95% depuis plus de 15 ans ?
    ______________________________________________________

    eec6d3d2b25dc1de4cf33e1fd8a8d70c.jpg

    Elle s’appelait Sufiya Begum. Elle vivait dans une maison de terre, à la campagne, au Bangladesh. Elle fabriquait de jolis tabourets de bambou. Son mari, journalier, gagnait l’équivalent de quelques centimes d’euros par jour. N’ayant pas d’argent, Sufiya Begum vendait tous ses tabourets à un commerçant, qui lui échangeait contre un peu de bambou - c’était son prix. Un jour Muhammad Yunus vient la trouver, étonné qu’elle gagne si peu...
    À cette époque, début 1980, après des études économiques aux Etats-Unis, le professeur Yunus doute. En 1974 et 1975, le Bangladesh a été ravagé par une terrible famine, et, raconte-t-il, il trouve alors «de plus en plus difficile d’enseigner d’élégantes théories économiques sur le fonctionnement supposé parfait des marchés libres, tandis que la mort ravageait mon pays ». Il passe à l’action, décidé endiguer la pauvreté dans la région de Jobra. Il ne comprend pas pourquoi elle est endémique. En discutant avec Sufiya Begum, il a une révélation. « Cette femme était étranglée par son prêteur. Il la condamnait à une sorte d’esclavage. Elle lui donnait toute sa collection de tabourets pour 25 cents, juste parce qu’elle ne pouvait acheter le bambou. Il lui manquait un crédit. J’ai mené une enquête. Quarante-deux villageois dépendaient des prêteurs. Tous auraient pu vivre de leur activité, avec un petit investissement. Il leur fallait, en tout, 27 dollars. Je les avais en poche… » L’idée de la Grameen Bank et du micro-crédit est née de ces rencontres.
    Aujourd’hui, après 25 ans d’existence, la Grameen Bank et les organismes de micro-crédit ony aidé à sortir de la pauvreté 150 millions de personnes à travers le monde. Le professeur Yunus a obtenu le prix Nobel de la Paix en 2006. Depuis plusieurs années, il développe une nouvelle initiative à destination des exclus du monde économique : « l’entreprise sociale ». Il s’agit de lancer des business qui s’équilibrent, font vivre leurs employés, mais dont l’objectif est d’apporter un « bénéfice social ». Ainsi, il a créé au Bangladesh avec Franck Riboud, le p.d.g de Danone, la société Grameen Danone Foods. Elle vend aux habitants de Bogra des yaourts frais à bas prix, présentés dans des coques comestibles - et vitaminées. Elle permet de lutter contre la malnutrition et les carences alimentaires, et d’offrir des emplois locaux. Si l’initiative fonctionne, elle sera développée dans tout le pays. « Ce genre de petite entreprise sociale pourrait se généraliser, explique le professeur Yunus. Elle ouvre un nouveau type de marché, attentif à la pauvreté et aux besoins réels, qui va peut-être changer nos fondamentaux économiques."

    Lire la suite

  • JANE GOODALL. "CHACUNE DE NOS BOUCHéES CHANGE LA FACE DU MONDE"

    389b65b551af6c2afda6b4e0810445e2.jpg

    NEWS NEW NEWS JANE GOODALL publie chez Actes Sud un nouvel ouvrage "Nous sommes ce que nous mangeons". Née à Londres, en 1934, JANE GOODALL a bouleversé l'étude du comportement animal, en commençant par les chimpanzés dont elle a montré leur capacité à fabriquer et utiliser des outils. Son dernier livre est un cri d'effroi face à notre comportement alimentaire. Elle y révèle, suite à une enquête de plusieurs années, les grandes menaces qui pèsent sur les ressources naturelles à la base de l'alimentation de l'homme et des animaux : déforestation, surexploitation des sols, élevage intensif, pollution des océans tandis que la disparition des espèces s'accélère. Si le constat s'avère, hélas, connu, le mérite du livre du Dr Jane Goodall est de proposer des réponses immédiates. Une nouvelle politique agricole, une meilleure éducation alimentaire des enfants, un approvisionnement de proximité, la préservation des ressources en eau et en énergie, jusqu'au végétarisme
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    « WOU ! HOU ! HOU ! HOU ! WOU WOU ! ». Jane Goodall crie à la tribune. Frêle silhouette, cheveux blancs, visage illuminé.
    Les trois cents lycéens croulent de rire. «Elle vous a adressé un bonjour en chimpanzé» leur explique le traducteur. Les gamins, des tous jeunes, du CM2 à la troisième, repartent à pouffer. Ils viennent d’écouter sagement le discours de Monsieur le Ministre de l’éducation, Xavier Darcos, qui s’est excusé d’être si long. La tension se relâche. Bien vite un collégien demande la parole, Jane Goodall connaît-elle d’autres expressions en langage singe ? Elle se lève aussitôt, et lance. « Je vais vous raconter comment j’ai accueilli votre président au Gabon cet été. » Elle demande au traducteur de jouer le rôle de Nicolas Sarkozy. « Vous savez, explique-t-elle, marchant vers lui en se déhanchant, chez les chimpanzés, hélas, les femelles, hélas, doivent d’abord faire des signes de soumission pour aborder un mâle dominant… ». Elle avance baissant la tête, criaillant « HEU ! HEU ! HEU ! ». Puis elle se jette au cou du traducteur en poussant de joyeux gémissements.
    « Cela veut dire « Bonjour Monsieur Sarkozy » ! »
    Rigolade générale.

    Lire la suite

  • ISABELLE YASMINE ADJANI. RENCONTRE

    medium_adjani-replace.2.jpg
    NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS Après un retour remarqué sur les planches en 2007 dans "Marie Stuart" au Théâtre Marigny de Paris, Isabelle Adjani renoue avec le cinéma en cette année 2008. Elle doit jouer dans un film de Yamina Benquiqui, Le "Paradis C’est Complet", où elle incarnera une ministre issue de l’immigration souffrant à s’imposer du fait de ses origines maghrébines. Elle doit ensuite rejoindre la réalisatrice Isabelle Mergault, auteur du succès inattendu de 2006 "Je vous trouve très beau". Enfin, Isabelle Adjani devrait tourner avec le cinéaste Abdellatif Kechicke, l'auteur du remarqué et remarquable "La graine et le mulet"
    En regard de ce retour en force d'Isabelle Adjani, cet entretien sur la part méconnue, méditerranéenne, algérienne de sa personnalité - qui ne serait pas absente de son talent tourmenté - réalisé en novembre 1988 pour le magazine Actuel, au moment de la sortie de "Camille Claudel" de Bruno Nuytten, son dernier grand rôle au cinéma.


    ------------------------------------------------------------

     

    ...Ce vingt novembre 1988, Isabelle Adjani était très énervée. Elle venait de voir à la télévision un grand acteur, connu et de gauche. Il laissait entendre que l’intérêt subit qu'elle manifestait pour les Droits de l'Homme et l'Algérie coïncidait trop bien avec la sortie de son film, Camille Claudel. Cet homme, dont nous tairons le nom, parlait certainement par ignorance.On la voyait blessée, vraiment blessée, Adjani. " Qu’est-ce que j’y peux ? Je n’allais pas repousser les émeutes d’Algérie pour qu’elles tombent à un meilleur moment ! " C’est vrai, Isabelle Yasmine, mais les langues sont souvent perfides quand elles se mettent à vibrer pour une star.

    Lire la suite