Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PLAGIAIRES OU VISIONNAIRES ? DE L'USAGE LOYAL DE L'OEUVRE D'AUTRUI EN ART

    prince

    Le 6 juin 2013 Richard Prince brûle sur une vidéo une de ses toiles, Graduation, où il s'est "réapproprié" le personnage central d'une photo de Patrick Cariou. Il entend par là dénoncer la plainte du photographe pour plagiat (extrait de la vidéo)

    News News News Une des affaires de droit d'auteur qui secoue le monde de l'art depuis cinq ans s'achève ce 16 mars un accord passé entre l'artiste Richard Prince, une des figures de "l'appropriation" et le photographe Patrick Cariou. Ce dernier avait accusé M. Prince de violer ses droits en utilisant dans ses toiles ses photos de rastas jamaïcains, sans les transformer de façon notable - selon les principes du "fair use" en usage dans le droit américain. Si Patrick Cariou avait finalement perdu en appel, 5 des toiles de Richard Prince reprenant les photos originales sans transformation notable avaient malgré tout été reconnues comme litigieuses par une cour fédérale de New York - alors qu'elles avaient été vendues plusieurs centaines de milliers d'euros. Les termes de l'accord n'ont pas été divulguées.

    ----------------------------------------------

    C'est une courte vidéo de Richard Prince, le riche et célèbre plasticien américain. Elle est passée le 6 juin sur le site Vimeo, annoncée par un tweet. L'acte est inouï : Richard Prince couvre d'essence puis brûle en direct un de ses tableaux, Graduation, un grand collage sur toile représentant un rasta au visage taché de bleu, portant une guitare électrique. Cette oeuvre avait déjà fait le tour d'Internet en mai, car elle appartenait à la série des cinq tableaux de l'artiste contestés en justice lors du retentissant procès intenté par le photographe français Patrick Cariou. Sur le vidéo, Richard Prince déclare : « J’ai brûlé une des peintures juste pour montrer au type (Patrick Cariou) ce que je suis prêt à faire s’il est vraiment sérieux à propos de ce procès, et, malheureusement, il l’est. »

    Le sujet du litige ? Trente grands collages photographiques sur toile posés sur des fonds de couleur ocre, rouge ou bleue. Graffités et repeints par Richard Prince, les collages montrent des rastafaris et de provocantes femmes nues. Certaines toiles rappellent, version trash, Les Demoiselles d'Avignon, de Picasso, d'autres se présentent comme de larges portraits photos noir et blanc mais traversés de coups de pinceau. La série, exposée en 2007 sur l'île de Saint-Barthélemy puis, en 2008, à la galerie Gagosian de New York, s'appelle « Canal Zone ». Son succès a été immédiat : l'une des toiles s'est vendue 2,43 millions de dollars (1,86 million d'euros).

    Lire la suite