Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POURQUOI LE MARIAGE GAY MÈNE À LA ZOOPHILIE

Philippe Barbarin, archevêque de Lyon : « Après, ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera » (DR)

NEWS NEWS NEWS Les opposants au "mariage gay" manifestaient cet après-midi pour nous éviter la décadence morale. Merci à eux.

----------------------------------------------------

On ne dira jamais assez les dangers des pentes glissantes, leur engrenage fatal, leur logique létale. Ainsi, nous savons bien que manger des bananes en public sans surveillance policière est un acte irresponsable. En effet, leurs peaux sont si visqueuses que vous risquez de faire déraper un agent en poste devant une école, et par là provoquer un accident mortel mettant en péril la vie de nombreux enfants. De la même manière, vendre des bacs Riviera et des engrais vous transforme malgré vous en complice des caïds de banlieue qui font pousser du cannabis dans les cités sans droit. Voyez encore comment jouer loin des professeurs et des assistants d'éducation sous un préau sombre avec des jeunes garçons ou des jeunes filles, ou pire, fréquenter les mêmes douches et vestiaires, vous met en danger de croiser un pervers polymorphe qui dévoiera votre sexualité naturelle. Alors, vous commettrez l’odieux acte de sodomie, récusé par la Bible elle-même. Et bientôt, ce sera l’infâme mariage gay voulu par les socialistes athées, qui non seulement, comme nous allons voir, entraîne aux pires égarements, mais contribue à la dépopulation de la nation France, et par là à son invasion sournoise par des ethnies africaines sorties de l'Histoire universelle.

Ainsi, Le Figaro.fr nous prévenait le 14 novembre de ces effrayants dangers d'enchaînement par cette accroche en page Info : « Mariage gay : « risque de zoophilie ».» Tout à leur croisade contre cette honteuse alliance, le journaliste citait à foison les forts arguments de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), des hommes de foi proches des Frères Musulmans, qui proclament avec inquiétude : « Si le mariage entre deux personnes deviennent une norme, alors les revendications les plus incongrues peuvent le devenir. Qui pourra délégitimer la zoophilie et la polyandrie au nom du sacro-saint amour ? » En effet, et Le Figaro ne démentait pas, existe-t-il quelque différence entre faire l’amour avec un homosexuel ou avec une chèvre, un baudet ou un mastiff ? Aucune, puisque nous sommes dans tous les cas sortis de la Nature, et par là de l'ordre des choses voulu par la Création divine. Une forme d'amour dénaturée en entraîne bientôt une autre, puis une autre, plus terrible encore. C'est l'effet d'escalade, ou de descente aux abîmes, consécutif à tout dérapage moral ou sexuel. Si Dieu le veut, comme dit le Prophète.

L’Union des Organisations Islamiques de France : « Qui pourra délégitimer la zoophilie et
la polyandrie au nom du sacro-saint amour ? » (DR)

Heureusement, bien des chrétiens ont compris cette logique de dénaturation. En 1977 déjà, la célèbre chanteuse américaine Anita Bryant, exprimant la pensée de nombreux conservateurs mobilisés, avait déclaré avec lucidité : « Si on donne des droits aux gays, il faudra ensuite en donner à ceux qui couchent avec des saint-bernards ». Elle avait ajouté qu'elle comprenait le meurtre d’un homosexuel « par amour du Christ » (on le conçoit, car le meurtre entraîne d'habitude, du fait de la culpabilité qu'il procure, à l'odieux crime biblique d'Onan, seul remède à l'insomnie). Cette déclaration d'Anita Bryant avait précipité dans les rues de New York et San Francisco des dizaines de milliers de sodomites (les premières « gay prides »), il n’empêche, la chanteuse révélait une vérité profonde : le mariage homosexuel nous précipite vers l'enfer et la bestialité. Les opposants actuels du mariage gay en France s'en sont souvenus avec bonheur. Ainsi, le 14 octobre dernier, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon a déclaré sur RTL que le mariage homosexuel ouvrait la voie à l'inceste. « Après, ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera ». L'archevêque, hélas, ne se trompe pas, ici encore la pente est savonneuse : en voulant se marier, adopter des enfants, les bougres révèlent leurs désirs secrets. Pourquoi veulent-ils élever des mineurs ? Ce n'est pas comme ils disent pour fonder une famille comme les autres, ou régulariser les douloureuses questions d'héritage et de légalité qui les pénalisent eux et les 100.000 enfants déjà élevés par les couples homosexuels (car nous en sommes là !), mais pour pouvoir briser le tabou de l'inceste : libérer, tels tous ces prêtres satanistes cachés dans le giron de notre mère l'Église, leurs désirs pédophiles cachés. Éternelle Sodome.

Éric Zemmour, chroniqueur du Figaro : « Pourquoi ensuite interdire
le mariage entre un frère et une sœur, des mariages à trois, quatre
personnes qui s’aiment. Pourquoi refuser la polygamie ?" (DR)

Dans Le Figaro même, de brillants éditorialistes connus pour l’acuité de leurs analyses, rappellent à l’encan les affres associés à la liaison  homosexuelle et son officialisation devant un maire de la République.  Ce serait, selon le subtil Yvan Rioufol « céder à la tyrannie des minorités », (la majorité n’étant jamais tyrannique), ajoutant : « Qu'est-ce qui interdirait ensuite de réclamer la légalisation de la polygamie ? » Rien, même si personne ne la réclame. Un implacable raisonnement. Même lourd questionnement chez l’humaniste Éric Zemmour, grand défenseur de la paix sociale, qui, reprenant avec vigueur l'argument de Frères Musulmans, a expliqué que le mariage gay se justifiant au nom de «l’amour », il sera donc possible d’envisager l’union d’un père et d’une fille, ou beaucoup plus : « Pourquoi ensuite interdire le mariage entre un frère et une sœur, des mariages à trois, quatre personnes qui s’aiment. » Il a raison : l’amour est une notion si vaste, si polysémique, pourquoi ne pas épouser alors en secondes noces sa mamie adorée, la cousine Marine, que nous aimons de plus en plus, ou sa chère télévision (le fameux  mariage « pay per view », prélude à la pornification des mineurs )?

Serge Dassaut, propriétaire du Figaro : "Décadence totale, bien sûr. C'est un
danger énorme pour l'ensemble de la nation, énorme ». (DR)

Avec courage et indépendance d'esprit, ces éditorialistes développaient la ligne fixée par leur Président-Directeur Général, Serge Dassaut, propriétaire du Figaro, un jeune homme de 87 ans qui rappelait le 8 novembre sur France Culture combien l’homosexualité est pernicieuse et galopante : « On va avoir un pays d'homos. Eh bien, alors, dans dix ans, il n'y a plus personne. C'est stupide ! » Il ajoutait, sous-entendant combien Socrate et son disciple Platon, des sodomites notoires, avaient perverti la jeunesse athénienne ( ce qui d’ailleurs valut à Socrate d’être condamné à mort) : « Regardez dans l'histoire, la Grèce, l’homosexualité est une des raisons de sa décadence. ». Il poursuivait avec intelligence. « Décadence totale, bien sûr. C'est l'arrêt de la famille, c'est l'arrêt du développement des enfants, c'est l'arrêt de l'éducation. C'est un danger énorme pour l'ensemble de la nation, énorme ». Évoquant cette énormité, il rejoignait en cela l'actuel président du RPF, Christian Vanneste, longtemps apparenté UMP, qui déclara audacieusement en janvier 2005 à l’Assemblée Nationale, puis à la Voix du Nord et à Nord Éclair : « Le comportement homosexuel est une menace pour la survie de l’humanité » (car cet échauffement le tourmente plus encore que le réchauffement !). Condamné en première instance par la Cour de Lille pour « incitation à la haine »,  il récidivera avec force sur Europe 1 : « Je dis qu’ils sont inférieurs moralement ».

 
Le cardinal André Vint-Trois : " Une supercherie... Le mariage de
quelques-uns imposé à tous » (DR)

Tous ces croisés de l’amour naturel se battent depuis longtemps pour sauver l’ordre familial inamovible créé par le Seigneur, la sainte institution du mariage (tardivement devenue un contrat civil ), et nous sauver de la pente mortelle de la décadence, déjà si lourde de conséquences : les socialistes athées (et leurs complices de la droite cynique, n'oublions pas que David Cameron, le Premier Anglais, conservateur, défend la mariage gay), n’ont-ils pas autorisé la contraception (contraire à la loi naturelle), l’avortement libre, la pilule du lendemain, les familles monoparentales, le droit des célibataires et des couples stériles à adopter, le droits des femmes seules à la procréation médicalement assistée, l’accouchement sous X, les gardes d’enfant par plusieurs familles recomposées - autant d'attaques iniques contre le mariage pour la vie. On se souvient avec émotion de la grande manifestation du 7 novembre 1997 contre l’affreux PACS, appelée par le «Collectif pour le mariage », qui regroupait des députés de la droite classique (dont ce cher Nicolas Sarkozy), des militants des AFC (associations familiales proches du Front National), Christine Boutin (elle avait osé brandir la Bible en pleine Assemblée Nationale rappelant que l’Église devait imposer sa morale à la République), de nombreuses associations traditionalistes comme l’Alliance pour les droits de la vie (opposée à l’avortement mais sans doute  pas aux faiseuses d'ange), le Rassemblement pour les mères au foyer, Enfance et sécurité, la Mouette, et bien d’autres. Une manifestation où l’on a entendu crier « Les pédés en prison ! », « Aimeriez-vous être élevés par un couple contre nature ? », « Deux papas, deux mamans, bonjour les dégâts ! ». Le PACS, ancêtre du mariage gay, toujours massivement rejeté par la France vive,  qui avait fait s'écrier avec une juste colère, à la buvette de l'Assemblée Nationale, l'UDF Michel Meylan :  « S'il y a des pédés ici, je leur pisse à la raie ! ».

 
Jean-François Copé (UMP) : "C'est pour moi un texte qui porte atteinte
à la cohésion de la société française" (DR)

Nul doute que lorsque Jean-François Copé, un des deux papas revendiqués de l'UMP - lui qui a déclaré  «C'est pour moi un texte qui porte atteinte à la cohésion de la société française» - et Marine Le Pen, enfin réunis dans une sainte alliance nationale, appelleront ensemble à une nouvelle grande démonstration pour défendre l’ordre moral, (sans doute rejointe cette fois par les musulmans radicaux), nous entendrons plus de mâles propos encore, débarrassés du langage châtré du politiquement correct, pour dénoncer la décadence annoncée par les socialistes sacrilèges et leurs alliés sodomites. En attendant, chantons en cœur avec les manifestants «anti-mariage pour tous» de ce samedi : «La meilleure façon d’s’marier c’est encore la nôôôtre. Depuis des milliers d’années, et c’est pas prêt d’changer."

 

 LES MANIFESTATIONS CONTRE LE MARIAGE POUR TOUS

FLORILÈGE

(DR)

(DR)

(DR)

(DR)

Une poignée de militantes du groupe Femen, qui contre-manifestaient comme à
leur habitude en chantant et seins nus, ont été rouées de coup
par le service d'ordre, frappées à terre, et ont eu des dents cassées. (DR)

Les commentaires sont fermés.