Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • WIKIPÉDIA EST-IL FIABLE ?

    images-2.jpeg

    NEWS NEW NEWS. Début 2012, suite à sa campagne mondiale pour collecter des dons, "l'encyclopédie libre" Wikipédia a collecté 20 millions de dollars (15,3M€) en deux mois. Un million de personnes ont versé à travers le monde. Le pari libertaire de Wikipédia, encyclopédie universelle fabriquée par ses milliers de contributeurs était gagné. Elle continue aujourd'hui, en perpétuelle réactualisation, s'enrichissant chaque jour de nouveaux contenus, surveillée et améliorée par des équipes de bénévoles dans chaque pays. L'époque difficile des années 2007-2008, quand les "trolls" (les lutins vandales) du Net s'amusaient à l'induire en erreur, où les sectaires et les partisans imposaient leurs analyses, semble derrière elle. Nous en racontons ici l'histoire et les grands débats qui l'agitent encore.

    --------------------------------------------------------------------

    Difficile de rater la bobine des contributeurs et dirigeants de Wikipédia les mois de décembre et janvier derniers. Vous faisiez une recherche en ligne, leurs portraits apparaissaient, vous invitant à faire un don. Des nerds de tous âges. Susan et ses longs cheveux blancs. Rémi Mathis, président du site français, avec son air potache. Jimmy Wales le pionnier américain. Ce dernier déclarait en ligne : «Lorsque j’ai fondé Wikipédia, j’aurais pu créer une entreprise commerciale et y placer des bandeaux de publicité. Mais j’ai décidé d’en faire quelque chose de différent. Nous avons travaillé durement au cours des années passées afin d’en faire une organisation simple et économe.» Aujourd’hui, Wikipédia est le cinquième site le plus visité au monde. 450 millions de personnes le consultent chaque mois (soit plusieurs milliards de pages vues), l’encyclopédie est traduite dans 280 langues (dont les 12 langues régionales hexagonales), 1,1 millions d’articles sont en français, consultés par 18,8 millions de lecteurs (Médiamétrie 2011). Pourtant, si les quatre premiers sites les plus populaires du Net, Google, Yahoo, You Tube, Facebook ont levé des investissements colossaux, se financent par la publicité (Google annonce en 2011 un milliard de dollars de chiffre d’affaires sur l’Internet mobile), emploient des milliers de salariés (13000 pour Yahoo), mènent de coûteuses campagnes de marketing, Wikipédia tournait en 2010 avec moins de 10 millions de dollars (7,6M€), 95 salariés et des dizaines de milliers de contributeurs bénévoles. Sans publicité. Décidée à renter indépendante, l’encyclopédie participative est financée à 85% par les dons, le reste par des fondations. En 2010, 240 000 donateurs ont apporté 15 millions de dollars. En ce début 2012, elle a collecté 20 millions de dollars (15,3M€) en deux mois. Un million de personnes ont versé à travers le monde. C’est dire l’énorme succès rencontré. Ces dons aideront à développer Wikipédia et ses « projets frères » : le dictionnaire universel Wikitionnaire, le centre d’actualités Wikinews, la banque de livres Wikibooks, le recueil de citations Wikiquotes, la bibliothèque universelle Wikisource, la communauté pédagogique Wikiversité, la base de données Wikimedia Commons, l’inventaire du vivant Wikispecies. Une gigantesque somme de connaissances gratuite, illustrée, en perpétuelle réactualisation, inconnue dans l’histoire. Un tour de Babel où tous les savoirs passés et futurs sont contenus, digne de celle imaginée par Jorge Luis Borges dans ses « Fictions ».

    Lire la suite

  • "IL Y A TROP D'ÉTRANGERS" DECLARE NICOLAS SARKOZY. UN DÉMOGRAPHE CHERCHE À COMPRENDRE. TROP, C'EST TOUJOURS TROP, SUR QUEL CRITÈRE L'ÉTABLIR ?

    Après les meurtres odieux perpétrés à Toulouse et Montauban par un homme isolé, se réclamant du salafisme, l’immigration et l’Islam sont redevenus des thèmes centraux de la campagne présidentielle. Si tous les partis tombent d’accord pour renforcer la lutte contre l’islam radical, les positions se durcissent sur la question des migrants. Le Front National veut réduire à 10.000 les entrées d’étrangers en France et la réouverture des frontières nationales, dénonçant les accords de Schengen et le pacte de libre circulation européenne. Après avoir déclaré sur France 2 qu’il y avait « trop d’étrangers en France », Nicolas Sarkozy entend lui aussi revenir sur Schengen et réduire l’immigration de moitié. Nous avons demandé à François Héran, démographe, spécialiste des questions de l’immigration à l’Ined – l’Institut National des Études Démographiques qu’il a dirigé de 1999 à 2009 – comment il analysait ces réactions au regard des études récentes sur l’Islam français et l’immigration.

    ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS HÉRAN, DÉMOGRAPHE À L'INED

    Depuis que l’on sait que l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban se disait salafiste, on entend dire que cette mouvance radicale a été sous-estimée en France ? Les enquêtes confirment-elles ces analyses ?

    Selon une enquête du Pew Center menée au printemps 2006 dans les principaux pays européens, les deux tiers des musulmans de France se disaient préoccupés par l’extrémisme islamique. Ainsi 93 % des musulmans de France ne faisaient pas confiance à Ben Laden, 71 % étaient opposés à l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran. Toutefois 16%, approuvaient les attentats-suicides pour riposter aux atteintes à l’islam. Quand 50% des musulmans britanniques ressentent « un conflit naturel entre le fait de pratiquer l'islam et le fait de vivre dans une société moderne », 72 % des Français musulmans perçoivent le contraire.

    Lire la suite