Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • DANS SON NOUVEAU ROMAN, UNE TÊTE COUPEE PARLE. ENTRETIEN AVEC CARLOS FUENTES : "LE MEXIQUE, DEMOCRATIE FRAGILE"

    medium_indexgr.jpg

    NEWS NEWS NEWS.  La tête coupée de Josué refuse de se mordre la langue, elle veut encore parler, parler, pour nous raconter l'histoire tragique du Mexique moderne. Josué est l’un des deux héros de "La Voluntad y la Fortuna", le nouveau roman du mexicain Carlos Fuentes, qui décrit comment son pays a sombré dans la corruption, l'assassinat politique, les affrontements de gangs, sur fond de guerre des narcotrafiquants. Un roman politique où s'affrontent Josué et Jericó, deux amis d’enfance devenus des ennemis implacables.  « Trahisons, morts, décapitations, crimes et vengeances tissent la trame d’un discours qui se veut la voix de la conscience nationale. La Voluntad y la Fortuna est une œuvre réflexive et critique sur la terreur criminelle qui va de pair avec le narcotrafic » lit-on dans quotidien mexicain Excelsior. « C’est le roman d’un pays dont le corps n’a plus de tête, plus de cerveau qui contrôle ses mouvements.».

    Que se passe-t-il au Mexique, où pendant plusieurs mois Lopez Obrador, le leader de la gauche, a contesté les résultats des élections présidentielles, mobilisant d’immenses manifestations, au risque de rendre le pays ingouvernable ? Où les gangs montés d'Amérique Latine sèment la terreur dans les banlieues de Mexico, jusque dans le Chiapas ? Où les leaders politiques se voient décribilisés par la corruption, les coups de main de leurs milices, les tripotages des urnes ? Profitant du passage à Paris en novembre 2006 du grand écrivain mexicain Carlos Fuentes, ancien ambassadeur du Mexique en France, prix Cervantès, auteur du pamphlet récent "Contre Georges W Bush", je me suis entretenu avec lui sur la situation de la grave crise politique et sociale que traverse son pays,  de la victoire des partis de gauche dans toute l'Amérique Latine - mais aussi du prodigieux métissage à l'oeuvre dans l'art mexicain, qui a tant fasciné les surréalistes ou Antonin Artaud. À l'époque de l'entretien, Carlos Fuentes travaillait déjà au roman qu'il vient de publier au Mexique.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------

    RENCONTRE AVEC CARLOS FUENTES À PARIS
    Costume sombre, élégant, toujours bel homme à 78 ans, l’esprit rapide, une courte moustache taillée de près, Carlos Fuentes vous accueille avec amabilité, pressé de parler, de donner quelques éclaircissements sur la chaotique situation mexicaine dont il voit bien que nous ne comprenons pas grand chose, d’ici, à Paris. Rappelons que l’homme fut ambassadeur du Mexique de 1974 à 1977 à Paris, et qu’il connaît les « fausses idées » lyriques ou misérabilistes, ou encore « les utopies » que les intellectuels français se sont faites sur l’Amérique Latine. Nous étions convenus de parler politique, quoique avec Carlos Fuentes, à la fois romancier, essayiste, tête politique, ancien diplomate, le choix d’un sujet d’entretien s’avère toujours difficile. Nous aurions aussi bien parlé de la politique internationale américaine : Fuentes a rencontré Théodore Roosevelt, Bill Clinton, et a écrit en 2004 un récit intitulé « Contre Georges W. Bush » (Gallimard), où il critiquait l’invasion de l’Irak et réfutait avec force les thèses conservatrices sur le « péril métis » et les affrontements entre civilisations du professeur de Harvard, Samuel P. Huttington. Deux ans plus tard, les analyses de ce court texte frappent par leur pertinence. « Bush et Cie, par leurs actions atrabilaires et destructrices de l'ordre international, déclarait-il alors, vont transformer le monde en une pépinière de terroristes.»

    Nous aurions pu aussi discuter littérature, du « réalisme magique » des grands romans latino-américains, de ses rencontres avec les plus fameux écrivains du continent, Gabriel Garcia Marquez, Octavio Paz, Alejo Carpentier, Julio Cortazar ou Pablo Neruda. Ou encore de ses propres livres, romans, essais, nouvelles, recueils d’articles, scénarios, pièces, cette œuvre riche et puissante qui lui a valu en 1987 l’attribution de la plus haute récompense des lettres hispaniques, le prix Cervantès. Carlos Fuentes semble ne pas vieillir, ne s’arrête jamais d’écrire, de voyager, de polémiquer. Il vit aujourd’hui entre Mexico (« J’y rencontre tous mes amis, sort au restaurant, discute politique ») et Londres (« Là-bas, au calme, j’écris »). Un Cahier de l’Herne lui a été consacré fin 2006,, mis en scène par son traducteur Claude Fell. Des écrivains comme Milan Kundera, Gabriel Garcia Marquez, Nadine Gordimer ou Jorge Volpi vous présentent le personnage, ses passions et ses combats. Lui-même a fait cadeau de quelques-unes de ses correspondances avec Luis Buñuel, William Styron, Günter Grass, Norman Mailer ou Henri Miller. Un énorme cahier à lire comme un jeu de pistes, où l’histoire tourmentée du Mexique et de l’Amérique Latine font la musique de fond.

    Cahier de l’Herne Carlos Fuentes (2006). 330 p. 36€.Des textes de Garcia Marquez, Nadine Gordimer, Milan Kundera et beaucoup  d’autres réunis par le traducteur de Fuentes, Claude Fell, et l’écrivain mexicain Jorge Volpi. Les éditions de L’Herne republient « Cervantès ou la critique de la lecture » (Carlos Fuentes, coll Glose, 190p, 18€) et l’extraordinaire roman d’Elena Garro, femme d’Octavio Paz, « La maitresse d’Ixtepec » (350p, 19€), le livre pionnier du « réalisme magique ».

    BIBLIOGRAPHIE CARLOS FUENTES

    Lire la suite

  • ROMAN NOIR. QUAND NORMAN MAILER DEFENDAIT JACK ABBOTT, ASSASSIN ET ECRIVAIN

    12mailer.span.jpg

    Juillet 1981. Norman Mailer se défend. La presse l'attaque pour avoir fait libérer le prisonnier Jack Abbott. Ici, le New York Post lui fait dire "J'aiderai encore un assassin". (DR)

    NEWS NEWS NEWS Les éditions du Cherche Midi publient la correspondance de deux écrivains new-yorkais, grand figures des colères et des éclats des seventies, dont l’œuvre résonne encore puissamment aujourd’hui : Norman Mailer et Jean Malaquais (Le Cherche-Midi, 284p). Rage bien réelle, révolte trempée, critique de la mollesse et du cynisme, amitié profonde et critique, c’est tout l’envers des provocations à un centime de la correspondance fabriquée des amis publics BHL et HBL.

    Pour comprendre un peu mieux la personnalité des deux personnages, voici un enquête faite à New York fin 1981 quand Norman Mailer et Jean Malaquais défendaient un écrivain indéfendable, l’assassin Jack Abbott. En 1980, après 25 années de prison, Jack Abbott envoie l’histoire de sa vie à Norman Mailer. L’écrivain trouve le récit fort, aide à le faire publier et écrit la préface de l'ouvrage - son titre « Dans le ventre la bête ». Du jour au lendemain, Jack Abbott le paria devient un auteur à succès. Norman Mailer, Jean Malaquais et d’autres écrivains l’aident à sortir de prison - il va écrire un autre livre, dehors cette fois. Un mois après sa libération Jack Abbott poignarde un jeune patron de restaurant au cours d’une altercation. L’affaire Abbott commence. Norman Mailer se rend au procès de Jack Abbott – injurié par tous, il le défend encore.

    (Ci-dessous un reportage réalisé en mars 1982 pour Actuel)

    Lire la suite

  • TONI MORRISON, UN NOUVEAU ROMAN. LA REVOLTE DES NOIRS ET DES PAUVRES BLANCS CONTRE L'ESCLAVAGE ET LE TRAVAIL FORCE A MENé AU RACISME AMERICAIN

    31a704c7364393b9ebdcebc23bf45d09.jpg
    News News News. Toni Morrison, prix Nobel de littérature, publie un nouveau roman aux Etats-Unis, "A mercy", à paraître en avril 2009 aux éditions Christian Bourgois. Le livre raconte comment l'esclavage a mené au racisme - et comment il s'en différencie. Elle y rappelle l'événement historique qui sert detoile de fond au livre, appelé "la révolte de Bacon" - 1676, Virginie - quand un groupe de cinq cents, serviteurs blancs, esclaves noirs, Noirs affranchis, renversèrent le gouvernement de la cette colonie.  Ils furent bientôt chassés, puis capturés. Toni Morrison a raconté la suite dans un entretien publié sur le site du Nouvel Observateur. "Les propriétaires, se jurant de ne jamais laisser une chose pareille se reproduire, établirent des lois, parmi lesquelles celle-ci : tout homme blanc pouvait mutiler ou tuer n'importe quelle personne noire, pour quelque raison que ce soit, à quelque moment que ce soit. ? (...) Voilà de quoi nous avons hérité : on a transformé les pauvres en antagonistes. Cela donne un sens à la couleur de peau; cela permet à des Blancs pauvres comme Job d'éprouver un petit sentiment de supériorité tout simplement parce qu'ils sont blancs et pas noirs."
    Toni Morrison a apporté son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama, qund il était encore un outsider. Dans une lettre ouverte datée du 29 janvier dernier, elle faisait un portrait enthousiaste du jeune candidat : "En plus d'une intelligence aiguë,de l'intégrité et d'une authenticité rare, vous faites preuve de quelque chose qui n'a rien à voir avec l'âge, l'expérience, la race ou le sexe, et quelque chose que je ne vois pas chez les autres candidats. Ce quelque chose est une imagination créatrice associée à la sagesse". Nous allons bientôt savoir si l'écrivain se trompait, ou faisait preuve de prescience.
    En sept romans magnifiques, Toni Morrison a obtenu le prix Nobel de littérature. Son huitième, "Love" (Christian Bourgois), a séduit le public, tant en Amérique qu'en France. Pendant l'entretien qui suit, fait chez elle à New York l'hiver 2005, elle parle des magiciens qui s'envolaient des champs de coton pour échapper à l'esclavage, de Fats Waller et la naissance du jazz, "la musique du diable", et du "lamentable régime de Georges W Bush" (publié dans Le Monde 2)
    _______________________________________________________________________

    A NEW YORK, QUARTIER DE SOHO...

    "Ma grand-mère jouait au loto avec mes rêves. Elle me demandait de les raconter, puis elle les traduisait en chiffres qu'elle allait jouer dans les loteries clandestines. Je lui racontais un rêve de mariage, elle consultait un livre d'interprétation, et elle composait des numéros du loto. Un mariage, c'était deux plus un, trois. La mort de quelqu'un c'était zéro. Des fois, j'inventais des rêves extraordinaires, pour lui plaire. Elle adorait que nous brodions des histoires, ma sœur et moi, toute la famille. Le soir, nous improvisions, des aventures de dragons, des blagues, des intrigues amoureuses, nous rivalisions. Grand-mère nous mettait des notes. Parfois, à une bonne histoire, tout le monde applaudissait..."
    Elle ressemble à une chanteuse de gospel. Coffre, charisme, puissance. La voix impressionne. Profonde, basse. Elle fait sonner chaque phrase, elle la détache, comme si elle lisait un texte. Non qu'elle s'écoute, elle aime les mots. Elle aime le langage. Elle vous envoûte. "Mes rêves pour le loto de grand mère… Ce furent peut-être mes premiers récits d'imagination. Je les fabriquais de toutes pièces, des histoires magiques, des personnages fantastiques, l'enfance baigne dans la magie... Mes premiers, tout premiers écrits ? C'était à la craie, dans la rue, j'avais quatre, cinq ans, avec ma sœur, nous recopions sur le trottoir les phrases obscènes écrites sur les murs, dans les toilettes, nous les réécrivions par terre, ça nous faisait rire ! "

    Lire la suite

  • PAUL VIRILIO, PHILOSOPHE, VEUT OUVRIR UNE UNIVERSITE DES DESASTRES

    traderreua.jpg

    (Un trader de Wall Street apprenant la chute de la banque Lehman Brothers en septembre)

    NEWS NEWS NEWS À la dernière exposition de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, impressionnante, l’un montre l’enracinement, l’autre le déracinement. L’un expose ses images et ses films de gens attachés à leur terroir, des paysans et des villageois effrayés de perdre  leurs origines, les paysages qui les entourent, leurs terres. L’autre dresse des cartes des migrations contemporaines, émigrés de la pauvreté, refugiés climatiques, exode rural, ouvriers cherchant du travail. Le premier est photographe et cinéaste, il s’appelle Raymond Depardon. Le second est urbaniste et essayiste - son nom, Paul Virilio. Son dernier ouvrage s'intitule « L’université du désastre » (Galilée, 2008). Rencontre avec un philosophe original, un des rares à réfléchir sur le crucial et l'époque, qui étudie depuis trente ans un phénomène excessivement moderne, qui a bouleverse à jamais notre monde : la vitesse.

    Fondation Cartier pour l'art contemporain. 261 Boulevard Raspail, Paris 75014. Jusqu'au 15 mars 2009.

    _______________________________________________________________
    À LA ROCHELLE, AVEC PAUL VIRILIO

    Casquette sur l’œil, Paul Virilio vous reçoit devant les grandes baies de la médiathèque de La Rochelle, où il vit. Cela fait trente ans que l’homme réfléchit à un phénomène excessivement industriel, aujourd’hui électronique, médiatique, boursier - universel : la vitesse, qui a bouleversé notre époque. « Entendez l’extraordinaire accélération que connaissent les transports terrestres, aériens, spatiaux, qui rapetissent notre Terre, mais aussi les communications et les télécommunications à travers les ondes électromagnétiques, qui abolissent le temps et les distances pour nous faire vivre dans l’instantané. » Réfléchir à la vitesse emballée du monde a mené Paul Virilio à s’interroger à la possibilité de « la perte de contrôle » - de l’accident à grande vitesse aux conséquences incontrôlables, qu’il soit « informatique, ferroviaire, ou nucléaire ». Etudier les rythmes précipités des médias, des écrans omniprésents, de l’information « en temps réel », des cotations financières immédiates lui a révélé « la dictature du présent » - au profit de l’analyse critique, de la mémoire, du recul. Mais aussi ses effets dévastateurs directs : virus informatiques, panique boursière, rumeurs faisant le tour du monde … à toute vitesse. « Nous vivons tous en ubiquité, continue Paul Virilio, réagissant à coups d’affects collectifs, selon des rythmes inconnus qui n’ont plus rien à voir avec les rythmes terrestres, diurnes ou saisonniers ».

    Lire la suite

  • JUDITH BUTLER. "LA CONFUSION DU GENRE"

     
    n20777253440_1518.jpg
    NEWS NEWS NEWS La philosophe américaine Judith Butler, considérée comme une figure de la "Queer theory", auteur du livre fondateur des "gender studies" américaines (les études sur le genre sexuel) avec "Trouble dans le genre" (La découverte), était de passage à Paris ce 13 novembre, invitée par l'Université Paris VIII. Judith Butler, qui occupe la chaire Maxine Elliot de rhétorique et littérature comparée à Berkeley (University of California), a donné une conférence sur le thème « Genre, Psychanalyse, Politique », qui fut suivie d'un débat passionné et passionnant auxquels participaient de nombreux(ses) étudiant(es) et professeur(e)s - notamment Anne E. Berger, professeur de littérature, études féminines et genre ( Paris VIII), Elsa Dorlin, maître de conférences de philosophie ( Paris I), Françoise Duroux, professeur de philosophie et d'études féminines (Paris VIII), Michèle Riot-Sarcey, professeur d'Histoire et d'études de genre (Paris VIII), Nadia Setti, Directrice de Recherches, Littérature comparée et études féminines (Paris VIII).

    ESSAIS SUR LE FEMINISME

    BIBLIOGRAPHIE

    LE DERNIER ESSAI DE JUDITH BUTLER "DÉFAIRE LE GENRE" EST SORTI AUX EDITIONS AMSTERDAM EN JANVIER 2006. LA PHILOSOPHE AMÉRICAINE Y PARLE DU GENRE SEXUEL COMME UN "RITUEL QUOTIDIEN", S'INTERROGE SUR L'ÉTHIQUE DE CEUX QUI REJETTENT L'HOMOPARENTALITÉ, ET RÉFLÉCHIT À UNE SOCIÉTÉ PLUS "RESPIRABLE" POUR TOUS ET POUR TOUTES LES MINORITÉS. JE L'AI RENCONTRÉE À CETTE ÉPOQUE (article publié dans le monde magazine en mars 2006)

    ----------------------------------------------------------------------

    RENCONTRE AVEC JUDITH BUTLER AU CAFE ROSTAND...

    ... Peut-être ce perpétuel sourire contenu, ce regard scrutateur viennent-ils de là ? Judith Butler voit les promeneurs des jardins du Luxembourg, les clients du café Rostand – et vous-même –, leur manière d’être féminins, masculins, comme aucun philosophe avant elle. Elle les voit comme des acteurs malgré eux. Les comédiens d’une performance répétée chaque jour, presque à leur insu. Des interprètes plus ou moins conscients d’un rôle écrit d’avance, plein de citations obligatoires : incarner une femme, paraître un homme. " Chacun d’entre nous fait l’homme, mime la femme, à sa manière, explique-t-elle. Voyez ces hommes, ils déclinent le "dress code" des employés mâles, le costume, la cravate, les cheveux courts. Ce garçon, plus loin, porte des bijoux, les cheveux plus longs, mais il reste habillé en homme. Il ne porte pas des hauts talons ou une perruque, comme un homme de cour au XVIIIe siècle. Ils sont en représentation sans le savoir, ils jouent l’homme contemporain, cela se répercute jusque dans les détails, leur parfum pour homme, la montre d’homme. Devenir un homme est une performance quotidienne, répétitive. Et une femme aussi."...

    Judith Butler, 49 ans, spencer gris, pantalon noir, cheveux courts, un visage adolescent, ce sourire mystérieux, la philosophe américaine par qui le grand questionnement du genre sexuel est arrivé, tourne son regard vers la terrasse du café Rostand et reprend, souriante : " Nous perpétuons notre genre chaque jour, sans même y penser, presque malgré nous. Voyez ces jeunes filles, elles reprennent la "girl culture" à la mode, le ventre nu, les jeans serrés. Chacune apporte sa touche personnelle, travaille un style bien à elle. En même temps, devenir une jeune fille sexy est une entreprise qui les dépasse. Elles n’ont pas créé le rôle. Les codes de leur féminité, maquillage, chevelure, habillement, ont été fabriqués en dehors d’elles à l’intérieur d’une culture “fille”, avec des journaux “filles”, des “féminins”, toute une longue histoire."

    "Défaire le genre" est le titre du nouvel ouvrage de Judith Butler, professeure de rhétorique et de littérature comparée à l’université de Berkeley, déjà auteure en 1990 de "Trouble dans le genre", (La Découverte, 2005), grand œuvre philosophique des nouvelles études américaines sur la sexualité : les gender studies, les " études sur le genre ", une nouvelle discipline au carrefour de l’anthropologie, la sociologie et la philosophie qui, en quinze ans, a secoué toute notre conception du sexe, du genre, de notre identité – mais aussi le féminisme. L'ouvrage a été pubié en France après quinze ans d’attente - ce qui révèle la véritable omerta sur ces questions au sein de la philosophie française officielle : menée par la vague des "nouveaux philosophes" qui a désespérément tenter d'éradiquer la philosophie du désir, les apports de la "pensée 68" (en commençant par Deleuze-Guattari), les oeuvres de Foucault, Baudrillard, Virilio et tant d'autres, comme celles du fémininisme radical (de Monique Wittig à M.H Bourcier, etc), méprisant la richesse des "gender", "sexual" et "cultural studies" américaines.

    n20777253440_1518.jpg

    "ON NE NAIT PAS FEMME..."

    Les gender studies poursuivent le travail sacrilège commencé par les féministes du xxe siècle, récuser l’idée commune que la hiérarchie entre les genres, la définition d'une "condition féminine" et l’existence même de la notion de " la femme ", et tout ce qui l'accompagne - depuis les tenues féminines jusqu'à la prétendue différence d'intelligence entre les hommes et les femmes, leur statut social secondaire, leurs salaires moins élevés, leur place dans la hiérarchie sociale et politique, etc - qui seraient naturelles, biologiques, normales. Evidentes. Pourtant, à y regarder dans le détail, toutes ces descriptions de cette fameuse "Femme", considérée comme la femelle de l'homme, racontent une veritable légende, toute fantaisiste, autour d'une créature toujours imaginée comme une sorte d'autre espèce humaine, un autre être plus ou moins inférieur, pensant différemment, et vouée à l'enfantement et la séduction des hommes. Une "FEMME". Une créature, pas un créateur.

    Dans le "Deuxième Sexe" Simone de Beauvoir inaugurait ces recherches en écrivant sa célèbre phrase-manifeste "On ne nait pas femme, on le devient", qui séparait avec fracas le sexe biologique du sexe social et culturel : le genre. Elle démontre en 1000 pages combien la construction de " la femme ", plus bête mais plus " intuitive ", moins " spatiale " mais douée d’"instinct" , nulle en math mais douée pour les travaux manuels, facilement amoureuse et moins portée sur le sexe que l'homme, emportée par l'instinct maternel et par la même plus pacifique, etc, toutes ces fadaises partout présentées commes acquises, passe toujours par des apprentissages, des contraintes, des initiations, un dressage – dans ses rapports aux hommes, à la loi, au pouvoir, au travail, jusqu’à sa manière d’enfanter "dans la douleur". Toutes ces mises en scène, ces obligations, ces symboliques - sans oublier les violences conjugales et l'infériorité sociale - varient, évoluent selon l’histoire, les religions, les civilisations - et les luttes des femmes. Bref, la construction du "genre femme" ne saurait s'expliquer, ni se justifier, par la différence biologique des sexes. En effet, pourquoi avoir un vagin interdirait-il de voter ? – comme en France jusqu’en 1945. D'être payée comme un homme à travail égal ? comme aujourd’hui encore dans toute l’Europe. Ou vous obligerait à sortir voilée, ou déguisée en bimbo dans les rues ? Le sexe et le genre sont séparés, voilà ce que nous ont appris Simone de Beauvoir, puis les gender studies. Tout comme sont séparés la sexualité et le sexe biologique : d'avoir un pénis, par exemple, vous obligerait à ne pas être pénétré, à ne jamais être "passif", etc ? Tout comme le sont le genre et la sexualité : de vous habiller, vous présenter en femme ne vous interdit d'aimer des femmes, des hommes, ou de porter la nuit une ceinture-godemiché ? La sexualité nous disent les gender studies, tout comme Judith butler et Michel Foucault , est un art - tout comme le genre est une forme de théâtralisation.

    On ne naît pas femme, mais on naît la femme d'une certaine société, que chaque femme met en scène tous les jours, presque malgré elle... Car pour devenir et maintenir son genre, cet homme ou cette femme, il faut montre Judith Butler s'engager dans une sorte d’"activité incessante et répétitive ", devenir femme, la jouer, se rendre séduisante, s'habiller comme il se doit, se socialiser comme il se doit : en jupe, maquillée, chaussée haut, à la mode, parfumée, etc. Nous nous fabriquons masculin ou féminine chaque matin, " en partie sans en avoir conscience et sans le vouloir ", dit Butler, mais "sans que cela soit pour autant automatique et mécanique ". Nous perpétuons notre genre et tout l'apparât du genre, sans cesser, face aux autres, en entrant dans un système exigeant, obligatoire, plus ou moins souple ou coercitif, associé à des apparences attendues, des normes sévères, des codes de séduction. "C’est une pratique d’improvisation qui se déploie à l’intérieur d’une scène de contrainte ", écrit Judith Butler dans "Défaire le genre".

    COMEDIANTE !

    Le genre, n'est-ce pas flagrant, aveuglant, le diable présent dans les détails, est notre première cérémonie sociale, la grande parade quotidienne - toute une discipline, une esthétique du corps. Cette cérémonie, nous la jouons avec plus ou moins de passion, nous en sommes à la fois l’auteur et le second rôle - d'un premier rôle archétypal, social. Nous le composons et le recomposons avec zèle et insistance, chaque jour, nous l'habitons, nous l'interpétons, nous nous en amusons autant que nous le subissons. " On voit bien toute cette mise en scène, analyse Judith Butler, dans les efforts des travestis et des transsexuels pour ressembler à des femmes. Ils nous en révèlent à leur manière les artifices, les déguisements…" On le retrouve dans tout ce rituel exacerbé, cette parodie, ce théâtre pour paraître “féminine”, que déploie ceux qui veulent ressembler aux femmes - des travestis aux actrices -; un phénomène qu'elle a décrit avec soin dans son premier livre "Trouble dans le genre".

    A l’écouter, on se dit que le travesti n’est pas seul à nous révéler cet intense travail d’apparences. Nous observons chaque jour cette " performance " dans certaines outrances d’allure, un exacerbation de son genre, une féminisation outrée et parodique visible tant chez certaines femmes, qu'au cinéma. Prenez l’extravagante Jayne Mansfield dans "La Blonde et moi", quand elle exagère son personnage de bombe sexuelle et de "ravissonte idiote", se dandinant toute la journée et poussant des petits cris fous. En vérité – elle le dit tout au long du film –, elle rêve de vivre tranquillement à la campagne, sans toute cette séduction terroriste, avec un mari et quatre enfants. Mais elle sacrifie à son rôle de bimbo. Combien de femmes se sont demandé la même chose : que feraient-elles si elles n’étaient pas enfermées dans le rôle sexy, apprêté, décolleté, monté sur talons aiguilles qu’on attend d’elles - d'ailleurs, qui ne connait des femmes qui ne mettent leurs escarpins qu'en chambre, juste pour le trouble : c'est trop pénible pour se tordre les chevilles dans les rues.

    Tout ce jeu du paraître pose une série de questions pièges : qu’exige mon genre ? Jusqu’où dois-je l’interpréter ? Femme, dois-je montrer mes jambes en ville ? Jusqu’au genou, à mi cuisse, plus haut ? Dois-je répondre aux hommes qui regardent mes jambes, puisque je les allume ? Homme, dois-je m’énerver et me battre à la première querelle grave pour montrer ma virilité ? Refuser certaines caresses non " masculines ", certains plaisirs... ? Jusqu’où vais-je assumer mon personnage de " macho " – de " vrai " homme ? S’apercevoir que tout cela ne va pas de soi engendre ce " trouble dans le genre " dont parle Judith Butler – et parfois cette " mélancolie " d’être constitué malgré soi, hors de soi, comme sujet achalandé de désirs, ou prisonnier d'eux, d’être fabriqué en dehors de soi, sur une autre scène. Autrement dit d'être enfermé chaque jour dans des normes viriles et féminines, parfois figées et drastiques, imposées, jusqu'à ressentir une forme d'aliénation. "Je suis persuadée qu’au café Rostand, sourit Judith Butler, promenant son regard acéré, chaque client a ressenti un jour ce type de malaise. "

    n20777253440_1518.jpg

    LES CORPS PARLENT

    Bien sûr, Judith Butler ne pense pas qu'on change de genre en se travestissant - les sexes biologiques, les désirs demeurent. Elle sait combien les corps parlent, s'attirent, se troublent entre hommes et femmes - mais aussi femmes et femmes, hommes et hommes -, combien l'envie sexuelle joue, s'investit et se cherche à l'intérieur des rituels du genre, leur cinéma, leurs codes, leurs répétitions - elle est revenue sur tout cela dans son livre "Bodies that matter ("Les corps cela compte", toujours pas traduit). Le genre, y écrit-elle, est d'abord "performatif" - il induit une réalité individuelle pour les autres, il nous réalise comme homme ou femme dans une société bien catégorisée en hommes et femmes, socialement, mais aussi au niveau des attirances, sinon des pulsions sexuelles. Le genre n'est donc pas seulement une "performance", du théâtre, il exprime des désirs pour un autre corps, il se manifeste par des élans, des troubles. On ne change pas ses désirs, ni de genre sexuel, juste en changeant de tenue - seulement, comment ne pas voir aussi combien les répresentations classiques du genre, leur mise en scène, leurs rituels de différenciation dès l'enfance, toute la médiatisation et l'esthétique qui les accompagnent opérent en retour sur les désirs, les limitent, les réifient - telle est la question ." La logique hétérosexuelle, écrit Judith Butler, qui exige que l’identification et le désir soient mutuellement exclusifs est l’un des instruments psychologiques les plus réducteurs de l’hétéroxexisme : si l’on s’identifie à un genre donné, on doit désirer un genre différent. D’une part, il n’y a pas de féminité unique à laquelle on pourrait s’identifier, au sens où la féminité offre elle-même toute une série de sites d’identification, comme l’atteste la prolifération des possibilités occupées part les lesbiennes féminines. D’autre part, c’est mal décrire les échanges dynamiques complexes des relations gays et lesbiennes que de supposer que les identifications homosexuelles sont le reflet ou la copie les unes des autres.” VIOLENCE DE GENRE

    Quand elle était adolescente, les parents de Judith Butler l’ont envoyée chez un psychiatre pour la guérir de son attirance pour les femmes. Elle a raconté sa visite au journal Têtu en juillet 2005 : " Le médecin m’a demandé de parler de moi, il m’a posé des questions sur ma petite amie, sur mon père et ma mère, comment j’ai grandi (…). A la fin, il m’a dit : “Vous avez beaucoup de chance de pouvoir aimer qui vous voulez. Je ne crois pas que vous ayez le moindre problème. C’est plutôt votre mère qui devrait venir me voir…” "

    Depuis, Judith Butler a rejoint les associations qui militent contre l’homophobie et le conformisme - en effet, à la coupure radicale entre les genres, il faut ajouter celle, tout aussi forte, et normative, entre les hétérosexuels et les homosexuels. Dans "Défaire le genre", elle s’intéresse aux dossiers sensibles liés à l’évolution des mœurs contemporaines qui ont fait irruption dans le débat politique aux Etats-Unis comme en France : mariage homosexuel, homoparentalité, légalité et minorités, ostracisme. A la suite de Michel Foucault, elle réfléchit à ce que pourrait être un droit tolérant – une éthique non répressive. Pour se faire bien comprendre, elle prend pour exemple les enfants nés " intersexués ", c’est-à-dire les hermaphrodites vrais, les pseudo-hermaphrodites masculins et les pseudo-hermaphrodites féminins. Ces cas représentent au moins 1,7 % des nouveau-nés. Pourtant, ces êtres humains, souvent considérés comme des " monstres ", n’existent pas pour nos sociétés. Ils sont généralement opérés à la naissance, transformés en femme ou en homme sur décision des parents et des médecins. Judith Butler y décèle l’intolérance sociale sur la question du genre : " Ici, écrit-elle, un modèle de l'humain” requiert des morphologies idéales, impose des contraintes de normes corporelles (…). Elles font une différenciation entre ce qui est humain et ce qui ne l’est pas, entre les vies jugées vivables et celles qui ne le sont pas." Judith Butler demande pourquoi un hermaphrodite – cet idéal des Grecs anciens – ne pourrait-il connaître pas une existence " vivable ", sinon épanouie ? "

    n20777253440_1518.jpg

    LES HERMAPHRODITES OUBLIES

    "Les intersexués remettent radicalement en question le principe qui règne dans nos sociétés, selon lequel la différence sexuelle entre les genres doit être établie ou maintenue à n’importe quel prix". Aux Etats-Unis, des mouvements d’opinion ont fait pression pour convaincre les médecins de cesser d’opérer systématiquement les nourrissons. : les transformer en homme ou en femme. Attendons, demandent les militants, que les enfants atteignent l’âge adulte pour choisir leur genre, ou, s’ils le souhaitent, demeurer hermaphrodites.

    Judith Butler affirme que la " violence de genre " qui s’exerce aux marges de la société sur les minorités sexuelles et les transgenres nous concerne tous. Pour des raisons d’éthique. Mais aussi parce qu’elle s’exerce en secret sur tous les êtres humains, confrontés d’une manière ou d’une autre à la tentation des glissements hors des normes, vers plus de singularité sexuelle, plus de bi-sexualité, plus de jeu, qu’ils se pensent " normaux " ou pas. Elle s'exerce aussi ouvertement dans d'innombrables situations dites de "violence conjugale", où les hommes se montrent toujours - aujourd'hui en Europe - agresseurs à 90%. Ces violences tournent parfois très mal, allant jusqu'à l'assassinat (100 femmes battues meurent chaque année en France, une tous les trois jours). Aujourd'hui encore, la législation française appelle souvent hypocritement ces violences des "crimes passionnels" (4700 en France l'année dernière, toujours le fait d'homme jaloux, quittés ou craignant d'être quittés), leur accordant parfois les "circonstances atténuantes" du crime d'amour. Ce qui devrait inquiéter le législateur : la notion de " crime passionnel" des hommes étant ici assimilé à la folie et à l'irresponsabilité de ses actes. Aujourd'hui en Espagne, suite aux études menées par les associations de femmes battues, le "crime passionnel" n'existe plus comme catégorie pénale : il a été remplacé par celui de "violence de genre".

    n20777253440_1518.jpg
     

    UNE SOCIÉTÉ RESPIRABLE

    La résistance au mariage homosexuel et à l’adoption homoparentale, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, révélerait, selon Judith Butler, une autre forme de la domination des normes hétérosexuelles et de genre. Sur ces questions, elle s’est d’ailleurs retrouvée mêlée à notre débat hexagonal sur le PACS, la parité et l’homoparentalité. En février 1999, la philosophe Sylviane Agacinski écrivait dans Le Monde un article (" Contre l’effacement des sexes ", 6 février 1999) où elle prenait ouvertement parti contre Judith Butler et la "gender theory" : elle défendait " la différence des sexes " et le couple hétérosexuel comme un des fondements de notre vie psychique - de notre humanité elle-même. Elle y rejetait avec force l’idée que des homosexuels puissent former des liens de parenté reconnus par l’Etat – une position reprise depuis par nombre de dirigeants socialistes français, notamment Ségolène Royal.

    Sur ces questions, Judith Butler répond sur le fond dans " La parenté est-elle toujours déjà hétérosexuelle ? " (Défaire le genre), mais aussi dans son essai "Antigone" (éd. Epel, 2003). S’appuyant sur les nouveaux travaux des anthropologues sur " les structures élémentaires de la parenté ", elle soutient que le rôle primordial de la parenté hétérosexuelle dans l’apparition de la culture n’a jamais été démontré - des études sur "la mascarade des sexes", les changement de rôle sexuel dans de nombreuses sociétés "premières" le révèlent assez. Tout comme d’ailleurs l’universalité du complexe d’Œdipe chère aux freudiens, et de l’" ordre symbolique " défendu par l’école lacanienne, pour qui le " phallus " reste le " symbole majeur de l’inconscient " - et comme tel fondateur de notre équilibre psychique. Sur ce dernier thème, Judith Butler ironise : " Ce fameux “ordre symbolique”, qui interdirait aux lesbiennes de devenir des parents et de former des couples, et structurerait toute notre vie psychique, me semble avoir une grande autorité en France. Mais nulle part ailleurs ! Aussi, on peut sérieusement se demander s’il ne s’agit pas d’une notion culturelle très contingente, et historiquement variable.

    n20777253440_1518.jpg
     

    BLESSURE SOCIALE

    Interrogée sur les conséquences néfastes de la légalisation de l’homoparentalité telles qu’annoncées par la philosophe française Sylviane Agacinski (et le monde politique français en général, excepté une frange du parti socialiste), Judith Butler, qui élève un enfant avec sa compagne, s’énerve : " L’idée commune et conformiste qu’un enfant souffrira nécessairement sans père biologique, ou avec deux parents gays, circule parmi ceux qui vivent très éloignés des nouvelles structures sociales et familiales développées depuis des années. Aujourd’hui, riches de toute cette expérience, on peut affirmer sans risque que des enfants élevés dans des conditions non conventionnelles s’épanouissent exactement comme les autres, aussi bien et aussi mal, tout dépend de l’attention et de la protection que leur donnent leurs parents ! "

    Judith Butler voit dans le rejet du mariage homosexuel et de l’homoparentalité une dangereuse tentative de " déréaliser " toute forme d’amour non hétérosexuelle : " L’idée que seules les relations hétérosexuelles sanctionnées par l’Etat sont légitimes entraîne des conséquences qui vont bien au-delà de la blessure affective ou de l’offense. Elle signifie des choses très concrètes. Si votre amant ou amante est hospitalisé, vous ne pourrez peut-être pas lui rendre visite. S’il ou elle meurt, son corps ne vous sera peut-être pas confié. Cette absence de légitimation étatique peut susciter dans le psychisme l’émergence d’un doute de soi, envahissant, voire fatal. Si vous perdez réellement votre amant ou votre amante, alors qu’il n’a jamais été reconnu comme tel, est-il possible d’en faire le deuil public ? Ce problème est devenu très aigu dans les communautés homosexuelles en raison des morts du sida. "

    Mais Judith Butler pose aussitôt une autre question. La reconnaissance légale du mariage et de l’adoption homosexuels ne va-t-elle pas légitimer un nouvel ostracisme envers tous ceux qui refusent de se marier, développent des relations sexuelles hors mariage, refusent la monogamie entendue comme fidélité obligatoire et norme conjugale, et ne choisissent pas de s’assagir selon les nouvelles normes – ceux qui, selon Michel Foucault, séparent l’" alliance amoureuse " et la recherche du plaisir, pensées comme indépendante et non contradictoire ?

    "Comment se fait-il que nous abandonnions tout le pouvoir de reconnaissance à l’Etat, demande Judith Butler dans "Défaire le genre", au moment même où nous insistons pour dire que nous sommes irréels et sans reconnaissance du fait de l’Etat ? N’y a-t-il pas d’autres manières de nous mobiliser pour défier les régimes existants ? " L’enjeu politique, selon Judith Butler, est de rendre notre société " respirable " pour tous.

     

    n20777253440_1518.jpg

    CITOYENNE PARADOXALE

    En 1988, une autre figure des gender studies, l’Anglaise Denise Riley, réfléchissant sur les enjeux des luttes féministes, écrivait " Suis-je ce nom ? " (Am I that Name ?, éd. MacMillan). Elle s’interrogeait : dire " Je suis une femme " – ou " un homme " – suffit-il à fonder un sujet ? Non, répondait-elle, je ne suis pas mon genre, d’être une femme ne me définit pas entiérement, ou mal, ou s peu. Et s’interrogeait alors : le féminisme ne fait-il pas fausse route à vouloir défendre " la Femme ", la prendre comme sujet de son combat ? Quel féminisme promulguer dès lors qu’on pense " la Femme " comme une construction sociale à l’intérieur d’une histoire dominée par les hommes ? Quelle est cette " citoyenne paradoxale ", comme l’appelle la philosophe Joan W. Scott, qui revendique en tant que femme de ne plus être traitée comme une " femme " ? A cette question, Judith Butler répond qu’elle reste féministe. Pourquoi ?

    "Dans les années 1970, Monique Wittig, philosophe française, écrivait de façon provocante : “Une lesbienne n’est pas une femme.” Elle pensait qu’une lesbienne, en refusant tous les signes officiels de la féminité, crée sa propre identité. S’invente elle-même. Je crois que Wittig se trompe. Je ne crois pas que nous soyons capables de nous recréer librement à chaque instant. Il n’existe pas de sujet libre, ayant un désir pur, totalement dégagé des relations sociales. des conflits de pouvoir et des normes du genre. Aujourd’hui, les femmes sont toujours assujetties. Voilà pourquoi je ne me dis pas “post-féministe”. Je suis féministe. Il me paraît tout à fait possible de se dire féministe tout en affirmant qu’il n’existe pas une “nature” ou une “essence” de la femme. Selon moi, les termes de “femme” et d’“homme” restent des catégories politiques importantes. Nous les utilisons comme des expressions instables, toujours en cours d’élaboration, tout en continuant à les employer pour dénoncer les inégalités et se battre pour leur abolition. "

    Judith Butler citoyenne et féministe paradoxale

    n20777253440_1518.jpg

    >BIBLIOGRAPHIE

    Défaire le genre. Ed Amsterdam. 220 pages. 20 €. Sur l’homoparentalité, les combats pour le droit.

    Trouble dans le genre. La découverte 2005. 280 pages. 23 €. Le grand oeuvre, un classique universitaire avec une préface éclairante du sociologue Eric Fassin.

    Humain, inhumain. Le travail critique des normes. Ed Amsterdam. Entretiens. 200 pages. 15 €. Un tour de piste des grands thèmes butleriens.

    Vie précaire. Le pouvoir du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001. Amsterdam 2005. 150 p. 15 €. Un ouvrage de réflexion politique : comment préserver un esprit critique dans l’Amérique de Bush ?

    La vie psychique du pouvoir. Ed Léo Scheer 2002. 150 p. 15 €. Une réflexion sur comment le genre, les normes et le pouvoir nous constituent comme " sujet" - et comment nous conservons " une capacité d’agir "?

     
     
     
     

     

  • SALMAN RUSHDIE SANS GARDE DU CORPS

    fab3012c76db1e36a69cd34b84ce8d0d.jpg

    NEWS NEWS NEWS. De passage à Paris fin octobre à l'occasion de la parution de son nouveau roman, "L'Enchanteresse de Florence" (Plon), Salman Rushdie se déplace désormais sans garde du corps. Invité par France-info, il a dénoncé les menaces qui pèsent sur l'écrivain italien Roberto Saviano, l'auteur de "Gomorra" (Gallimard), une longue enquête sur les méfaits de la mafia napolitaine. Selon Salman Rushdie, « Saviano court un danger terrible et devra choisir très prudemment son lieu de destination » s'il quitte l'Italie. « J'ai rencontré Roberto Saviano à New York au mois d'avril, a-t-il ajouté. C'est un homme extrêmement agréable, très intelligent, mais il court un danger terrible. En avril à New York, le FBI estimait qu'il était déjà en danger... La mafia pose un problème bien plus grave que celui que j'ai rencontré moi-même...". Salman Rushdie lui-même n'est plus inquiété aux Etats-Unis depuis plusieurs années, aux dires même du FBI - même si, en février 2005,  Jomhouri Eslami, le quotidien des ultra-conservateurs iraniens a réaffirmé "l'ordre divin" de mort contre lui.

     

    BIBLIOGRAPHIE SALMAN RUSHDIE
    ============================================
    PORTRAIT-ENTRETIEN, SALMAN RUSHDIE

    "Qui est blonde, a des gros seins, et vit en Tasmanie ?

    -Salman Rushdie.

    Cette blague, inventée par Rushdie lui-même, n'est jamais devenue réelle. Depuis 1989, l'année de la fatwa lancée contre lui, l'écrivain a toujours refusé de recourir à la chirurgie esthétique. Il ne s'est jamais exilé au bout du monde. Il n'a pas changé de nom. En février 1993, en dépit des menaces, il écrivait depuis une de ses caches en Angleterre : "C'est la seule solution que je n'ai jamais envisagée. Ce serait pire que la mort. Je ne veux pas la vie d'un autre. Je veux la mienne." Quand je le rencontre pour Le Monde le 20 avril 2004, Salman Rushdie vit librement à New York, presque. Il ne change plus d'appartement tous les mois. Il se promène sans garde du corps. Il va aux vernissages et aux premières. Il rentre d'Inde, où il a circulé sans être inquiété. Il va épouser le mois prochain Padma Lakshmi, une actrice de Bollywood. Au cours de notre entretien, en dépit des attentats d'Al Qaida autour du monde, il affirmera que le fondamentalisme islamiste connaît désormais sa dernière "poussée de fièvre". Selon lui, dans 20 ans il sera défait, et le "grand corps de l'humanité" s'en remettra.

    Lire la suite

  • CRISE ECONOMIQUE. HERNANDO DE SOTO, ECONOMISTE PERUVIEN, AUTEUR DU CLASSIQUE "LE MYSTERE DU CAPITAL" (2000) : "LES PAUVRES NE SONT PAS LE PROBLEME, ILS SONT LA SOLUTION"

    de_soto_hernando.jpg

    NEWS NEWS NEWS "Les conséquences économiques de la crise financière seront beaucoup plus graves pour les pays en développement que pour les pays riches", déclarait au Monde fin octobre Kemal Dervis, le dirigeant du Programme des Nations unis pour le développement (PNUD). Ancien ministre des finances du gouvernement turc, defenseur du multilatéralisme, il plaidait jusqu'à ce jour - "dans le désert" selon Le Monde - pour que les pays du G7 tiennent enfin leur promesse d'augmenter leurs aides.  Ce qui semblerait juste, la récession en cours de l'économie mondiale provenant de la vie à crédit des Etats-Unis et des égarements financiers des pays riches. Quelques jours plus tard, j'interrogeais l'économiste péruvien Hernando de Soto, spécialiste de la question de la pauvreté et des droits économiques des pauvres, en vue  d'un "grand entretien" sur la crise actuelle. Il s'étonnait à son tour de la "coupure d'avec la réalité" de l'Occcident et plaidait pour la reconnaisance juridique des biens des pauvres - un combat qu'il mène à l'ONU avec l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright (paru dans Le Monde 2, le 8 nov 2008)

    ------------------------------------------------------------------------------------

    « Les pauvres ne sont pas le problème, ils sont la solution » écrit l’économiste péruvien Hernando de Soto dans son ouvrage devenu un classique « Le mystère du capital » (Champs, Flammarion, 2005). « Pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs ? » interroge-t-il en ouverture de l’ouvrage. Les habitants des pays du Sud sont donc arriérés et stupides, comme le proclament les racistes ? Ils n’ont pas développé une culture appropriée, comme le prétend le conservateur Samuel Huntington, professeur en sciences politiques à Harvard ? La pauvreté les étouffe et les handicape ? Alors, demande l’économiste, pourquoi les pays du Sud regorgent-ils de commerçants, de vendeurs, d’entrepreneurs ? Qu’est-ce qui les empêche de se développer, faire fructifier leur capital, leurs talents ? Après des années d’études de terrain dans les pays pauvres, Hernando de Soto croit connaître une partie de la réponse. Dans les pays pauvres, les trois quarts des habitants n’existent pas légalement. Ils ne possèdent pas d’extraits de naissance, leurs maisons et leurs bidonvilles n’ont aucun titre de propriété, leurs entreprises, leurs commerces tournent sans responsabilité juridique, sans vraie comptabilité, les contrats se font à l’amiable. Les pauvres sont illégaux dans notre monde, voilà le problème. Plus exactement « extralégaux ». Ils ne peuvent passer contrat avec le centre ville, encore moins entrer dans l’économie mondialisée. Toutes leurs richesses constituent un immense « capital mort » : par exemple le capital immobilier extralégal des pays émergents et l’ancien bloc communiste représenterait deux fois la masse monétaire en circulation Etats-Unis, soit 9300 milliards de dollars.
    « Les pauvres sont plus riches qu’on ne le pense » affirme Hernando de Soto. Voilà pourquoi il se démène depuis des années pour lancer la « révolution juridique » qui donne droits et titres de propriétés aux extralégaux des villes, aux paysans pauvres - ce qui lui a voulu d’être condamné à mort par les guérilleros du Sentier Lumineux au Pérou. Il commence d’être entendu. L’ONU soutient désormais la « commission de démarginalisation des pauvres par le droit » qu’il a fondé avec l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright. Entretien sur la crise actuelle avec un économiste du Sud, étonné que l’Occident ait pu à ce point oublier la réalité, et renier les fondements juridiques et réalistes du capitalisme.

    Lire la suite

  • OBAMA EN AMÉRIQUE. EN FRANCE, LE GHETTO ANTILLAIS

    barack obama foule portland ap.jpg
    (Barack Obama en campagne, ici à Portland. DR)
     
    NEWS NEWS NEWS. Devant une foule immense venue acclamer sa victoire à Chicago, le président Barack Obama a déclaré : "Le changement est arrivé en Amérique".  EEn effet, on compte 338 grands électeurs pro-Obama à cette heure (majorité à 270), doublée d'une majorité démocrate au Sénat, à la Chambre des Représentants, au Congrès - cela avec une participation historique,  65%, jamais vue depuis 1908. Le peuple américain, sous l'oeil de l'Histoire et du monde, a fait le choix net  d'un changement historique : élire un président jeune, "colored" et démocrate après 8 années d'une présidence liberticide, économiquement désastreuse et agressive au niveau international. En Angleterre, l'austère quotidien de centre-droit Times (centre-droit), réputées pour ses analyses mesurées, parle d'une "démocratie américaine rajeunie" : "Ce pays considéré par de nombreux Européens comme désespérément raciste et inéluctablement de droite, a élu un homme noir, à la tête d'un parti favorable à la redistribution économique et à une politique étrangère enracinée dans l'engagement diplomatique pacifique". On s'étonnera qu'au même moment, dans la vieille France des Droits de l'Homme, M. Kofi Yamgnane, Français né au Togo, secrétaire d'Etat sous François Mitterrand, déclare  dans Le Monde du 29/10/08 : "Sur ces questions ( de couleur de peau, ndlr), la France fait du surplace depuis vingt ans." Il ajoutait, rappelant que les partis politiques rechigent toujours à désigner des candidats venus de l'immigration ou des Antilles, alors que l'Antillaise Georges-Pau-Langevin, ancienne présidente du MRAP, a été élue dans le XXe arrondissement avec 62% des voix : "Le peuple français est largement en avance sur son élite politique. Les dirigeants des partis anticipent un rejet des électeurs alors que c'est faux."
     
    Sur la mise à l'écart des "gens de couleur" de l'univers politique, culturel et médiatique en France - où un présentateur noir sur TF1 fait encore scoop, où il  a fallu attendre le 6 avril 2005 pour que la Comédie Française ose une «SEMAINE DE LA CARAÏBE » avec des lectures des écrivains Derek Walcott, Jean-René Lemoine, Simone Schwarz-Bart, Ina et Aimé Césaire - voici un reportage fait pour Actuel, il y a vingt ans, sur la place faite aux Antillais dans notre grand pays républicain. On verra que Kofi Yamgnane a raison de parler d'un long "surplace" 

    11062304350738588369604France Zobda (DR)

    On doit à la France le plus étonnant des regards, cette eau si pure qui fait baisser les yeux, et cette pierre de lune brillante dans l’œil gauche, qui vous trouble. Et nous l’ignorons. Avant d'être repérée par Hollywood pour jouer "Sheena, reine de la jungle", son premier long métrage avec le premier rôle - dont elle ne s'enorgueillit pas et pour cause - France Zobda a beaucoup joué de théâtre classique.  Elle a aussi tourné un film inconnu en métropole où tous les acteurs étaient Antillais. Et c'est tout. Le cinéma français n'a pas vu cette beauté habituée aux planches, qui par ailleurs à fait ses études supérieures en France. Dans le film américain, elle s’exprimait directement en anglais - elle a une maitrise. Alors, demande-t-elle, pour quoi me confiner dans un ghetto ?

    Son arrière-grand-père portait bien un nom de chez nous, il était capitaine et il s’appelait Henri Gayemont Joliment de Marolles.

    Attention, nuance : nous allions être malhonnêtes. Il n’est pas vrai que la télévision n’ait jamais parlé de France Zobda. Une émission médicale a longuement cherché à expliquer par quel miracle génétique un regard aussi unique avait pu apparaître. Sinon ? Rien d'autre. C’est la honte. Nous sommes en 1985, deux siècles après les grandes révoltes noires contre l'esclavage. Depuis dix ans, les Antillais affluent en France, et c’est comme s’ils étaient invisibles. Je ne parle pas seulement du cinéma, de la télévision, dont ils sont absents, ou des comètes - on se souviendra de l'actrice Patrice Flora Praxo dans "L'Atlantide", "Vanille Fraise", "Le bal des casse-pieds", puis aux côté de Nicolas Cage dans "Le raccourci" ("Time to kill") . Je parle dans la manière dont on traite les Antillais dans les journaux télévisés, les médias, les partis politiques. On parle des Antilles quand une bombe fait boom, quand on juge des indépendantistes, alors on commence à s’inquiéter de ce qui pourrait se passer là-bas. Mais, c’est tout.

    Qui parlent longuement des plus fameux écrivains antillais, Maryse Condé, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Simone Schwarz-Bart qui publient toujours, attendant souvent une reconnaissance tardive ? Comment oublier Aimé Césaire, l'ami d'André Breton, un des plus grands poêtes de langue française ? Qui se souvient qu’Alexandre Dumas était Antillais ? Ou Laurent Voulzy ? Que le grand-père de Julien Clerc était de là-bas, ou la grand-mère de Chantal Goya et peu importe de quelle couleur ? Voilà le paradoxe, ils sont Français nous dit-on, donc rien à ajouter - ce serait du racisme. Mais non, ils sont aussi Antillais. Ils chevauchent, ils partagent, ils réunissent plusieurs civilisations, traditions, langues, origines, à nos cotés, certains créateurs inventent une mixture unique, des oeuvres de brassage, créolisées, qui nous enrichissent tous - cette originalité qui devrait nous interpeller.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : ENQUÊTES