Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"J’AIME LES CAFARDS..." REPORTAGE DANS LES CAVES VELUES. SORTIE DE LA REVUE RAVAGES CONSACREE A L'ANIMAL

(DR)ccc49563679053c4c55954baa85aa3c7.jpeg

NEWS NEWS NEWS Les cafards font preuve d’une actualité perpétuelle. Ils triomphent dans les vide-ordures, envahissent chroniquement nos hôpitaux, rapetissent en quelques générations pour se blottir dans nos téléviseurs et se multiplient dans les gaines de chauffage. A Tel Aviv, en décembre 2007,  le neurobiologiste de l'Université Ben Gourion Frederic Libersat cherche à comprendre comment agissent les neurotoxines présentes dans les venins. Il avait récemment découvert que le venin des guêpes Amputex faisait baisser l'activité de certains neurones de la blatte spécialisés dans la production du neurotransmetteur nommé octopamine. Pour vérifier, il a injecté de l'octopamine dans le cerveau de blattes paralysées par les gupères. Lesquelles ont aussitôt retrouvé l'usage de leurs pattes. L'arcticle vient d'être publié dans The Journal of Experimental Biology : grâce aux blattes nous progressons ainsi dans la compréhension des venins et du sytème nerveux.

Pendant ce temps, au  Centre de recherches pour la cognition animale de Toulouse (CNRS), une équipe travaille depuis 2005 à des petits robots qui s’auto-organisent en troupe comme des cafards, et sur un “leurre” capable de vivre au milieu des blattes et d’influencer leurs comportements. Selon Jean-Louis Deneubourg de l’Université Libre de Bruxelles, "l'objectif à long terme de ces leurres serait de réaliser des sociétés d'animaux et de machines dont les interactions doteraient ce système de nouvelles fonctionnalités" - par exemple pour développer la pollinisation de la flore (aujourd’hui menacée par le réchauffement).

------------------------------------------------------

Mercredi, me voici rue Saint-Honoré, au siège parisien de la société Attila. Cette société détruit tous les insectes parasites, elle traque les rats et les souris, elle chasse les pigeons et éloigne les chats, elle empêche les chiens de lever la patte sur les trottoirs. J'ai rendez-vous avec la directrice Mlle W. Au mur, sur une affiche publicitaire, un Mongol armé d'un sabre de Samouraï décapite des rats et éventre des cafards. Il s'écrie en lettre capitales "BANZAÏ ! FAITES CONFIANCE A ATTILA, LE FLEAU DU CANCRELAS ». Dessous, sur un casier métallique, une série d'éprouvettes pleines de poudres bleues, de cristaux blancs - des redoutables pesticides...

undefined

cdea8e9322cb223846b4adf41fa752d6.jpg

"-Regardez cet appareil buccal acéré !"

Mlle W. me reçoit enfin. C'est une matrone de cinquante ans avec des bagues à chaque doigt, qui fait trembler son personnel depuis dix ans. Derrière elle, la première plaque de la société Attila, fondée en 1880 à l'époque où l'Hygiène Publique décida de désinfecter régulièrement les grandes villes françaises. A côté d'elle, une bibliothèque de livres d'histoire naturelle et de chimie moléculaire où une inquiétante macro-photo de cafard me surveille : éperons acérés, crochets velus, yeux sans regard nimbés d'une lumière orange - un monstre de cinéma Z.
Mlle W. abhorre les cafards - et défend son commerce.
-Les cafards sont tellement envahissants?
-Prodigieusement. Ce sont les principaux parasites des grandes villes. Chaque société a sa vermine, la nôtre a les cafards. Ils grouillent autant à Paris qu'à New York et à Berlin. Et ils s'adaptent ! Un nouveau cafard vient d'apparaître, plus petit, plus costaud, qui s'introduit partout.
-Comment partout ?
-Les HLM sont les merveilleuses niches à cafards. Les matériaux légers et mal jointés, les briques creuses constituent pour eux une espèce d'immense ville intérieure. Ils se répandent par les tuyauteries, ils circulent entre les cloisons, ils habitent les faux-plafonds. Les bouches d'aération leurs tiennent lieu d'ascenseur. Un cafard marche dessus, il est aspiré et se retrouve trois étages plus haut dans un appartement inexploré. Ils adorent les poubelles collectives, les vide-ordures...

Les cafards, affirme Mlle W. ne prolifèrent pas seulement dans les HLM, mais les tours, les aéroports, les immeubles préfabriqués, chics ou populaires, là où règnent les tuyauteries mal scellées, les conduites électriques - dans notre modernité construite  à la hâte. Nous l'ignorions, un monde souterrain est accollé au notre, l'univers de la blatte, la vermine de l'univers.

-Mlle W., comment se nourrissent les cafards?
-Ils mangent de tout. On a fait des expériences aux Etats-Unis, on leur a donné à goûter dix mille produits différents, même du plomb, du textile artificiel... Ils rongent tout.
-Comment un cafard peut-il assimiler du textile artificiel ?  

Mlle W. me montre l'effrayante macro-photo de sa bibliothèque  :

-Regardez cet appareil buccal acéré. Le cafard est capable de broyer n'importe quelle matière, et il digère tout... Non, excusez-moi, le cafard déteste deux choses, le mastic et les concombre...

Pourquoi ces deux là ? C'est le mystère du cafard.

Le téléphone nous interrompt. Mlle W. décroche vivement, ton professionnel :
-Société Attila j'écoute... Oui... Une invasion par les cuisines?... Classique, bien sûr... Oui, nous pouvons traiter très rapidement. Je comprends oui, vous n'allez pas servir du cafard grillé à vos clients !

Elle raccroche en riant.

-Un grand restaurant de Paris. Par discrétion, je vous tairai le nom. Mais la plupart sont assaillis par les cafards et leur hantise est de servir un plat assaisonné aux cancrelats.
-Vous les exterminez comment?
-Avec du DDVP, depuis que le DDT est interdit. C'est une molécule organique à base de chlore et de phosphore. Les insectes sont tués par simple contact, ou par inhalation. L'insecticide détériore leurs synapses et les paralyse.
-Ils sont dangereux ?
-A force de traîner dans les poubelles, ils transportent des maladies.
-Comme les mouches alors ?
-Les mouches ne sont pas aussi répugnantes ! "
Mlle W. parle de l'anéantissement de la vermine avec des accents militants qui m'inquiètent. Pour elle, mouche, moustique, le plus petit insecte est "répugnant".

-Je pourrais faire une intervention avec l'une de vos équipes ?

-Naturellement. Nous avons une cité à désinfecter et ce restaurant qui vient d'appeler. Venez donc.

87474e3890cb5d130eecc20b5a452777.gif

CHASSE A LA BLATTE

Jeudi suivant, je m'engouffre avec une équipe d'ATTILA dans lune camionnette encombrée de pesticides. Les gars bichent, ils ont obtenu de Melle W l'augmentation qu'ils réclamaient depuis des lustres. Nous filons avenue de l'Opéra nous attaquer au restaurant chic envahi par les insectes.
-Les cafards adorent les petits plats, ricane M. Raymond, désinfecteur en chef, un costaud sympathique à l'imposante bedaine. Tu remarqueras qu'il n'y a rien d'inscrit sur la voiture, les restaurateurs nous demandent toujours d'intervenir sans tapage, ni publicité.
Nous arrivons. C’est un grand restaurant effectivement (maintenant je peux le dire, c’était la brasserie Flo de la rue des Petites Ecuries). Le gérant, élégant en tweed, cheveux grisonnants, nous guide immédiatement vers les cuisines. M. Raymond et son acolyte, un jeune qui parle guère et bosse vite, inspectent les recoins des fourneaux, soulèvent la friteuse, débarrassent les batteries de cuisine. Ca sent le graillon et l'oignon. Les cafards se cachent.
-Ils doivent venir de la cave, commente M. Raymond, ils suivent les tuyauteries.
Nous filons tous les trois vers le sous-sol. Changement de décor. Des murs suintants et noirs, les couloirs poussiéreux, les toiles d'araignées vacillent sous le faisceau blanc de la lampe. Un cri résonne soudain dans ce décor de catacombes

"Les voilà, regardez ! Ils grouillent sous la chaufferie !"

Nous approchons, les blattes fuient sous la lumière, tapissant les murs d'une cave de cauchemar. M. Raymond s'esclaffe:
-Tu a vu comme ils sprintent, un cafard fait du 30 cm/seconde. Regarde, certains s'envolent.
-Les cafards peuvent voler ?
-Pas tous, mais ils ont des ailes et quelques espèces s'en servent. Ils peuvent rentrer chez toi par la fenêtre.
 

Nous quittons les sous-sols pour aller chercher le matériel dans la camionnette. Nous revenons habillés comme de véritables guerriers des tranchées. Masque à gaz, cubitainer d'insecticides sur le dos, fusil format lance-grenade. La visière de mon masque est si sale que je n'y vois rien, respire difficilement à travers le filtre et me cogne au plafond bas des couloirs. Devant, M. Raymond avance hardiment vers la chaufferie une torche à la main, braque son fusil à gaz vers les recoins et tire. JDes grands jets de gaz fusent. J'en fais autant. Un nuage blanc, limpide , acre se déploie en volutes. Les cafards détalent partout autour de nous, à nous pieds, au plafond,  des centaines tombent sans bruit sur nous. Je respire de plus en plus mal, mon masque m'étouffe, jai une pensée émue pour les gazés des grandes guerres morts asphyxiés dans des trous. Fichu métier.

DANS UNE CITE DU XVIIIe

L'après-midi,  nous filons rue Doudeville, dans le XVIIIe arrondissement. Il s'agit cette fois de désinfecter une cité HLM toute entière. Dans la camionnette, M. Raymond me prévient

" Tu vas voir les drôles de loustics qu'on rencontre en allant chez les gens, tu vas voir ! "

La cité en question est un ensemble de trois blocs sinistres de neuf étages, la cité-dortoir type, le triomphe de l'architecture clapier des années gaullistes. Cent vingt familles vivent là, pour la plupart des ouvriers, des petits employés et des retraités. Les cafards ont envahi l'édifice jusqu'au sommet, aussi les copropriétaires ont décidé une intervention systématique d'ATTILA chez les particuliers. Il s'agit de visiter chaque appartement et d'envoyer une bonne dose de notre mixture empoisonnée dans les sanitaires et les cuisines.

Nous voilà donc au neuvième étage de l'escalier A, face à un long couloir sinistre qui sent le chou et le boeuf bourguignon. M. Raymond porte la bouteille d'insecticide sous pression, je tiens le carnet de bord pour faire signer les habitants. Nous sonnons à la première porte. Une ombre se profile derrière le judas et une petite voix aigue nous hèle :
-Qu'est-ce que c'est?
-C'est la désinfection ! tonne M. Raymond, vous avez vu le prospectus ?
-Il n'y a pas de bêtes chez moi.

-Si vous ne désinfectez pas, elles vont venir.

La porte s'ouvre une vieille dame apparaît, toute petite, toute ridée, protégée par une châle mangé aux mites. Nous entrons dans une pièce minuscule avec une kitchenette attenante. La retraite ouvrière, après une vie à trimer, là voilà. Aux murs, des photos de famille, des chromos de grands magasins, une petite télé et quelques livres, Bernard Clavel, Guy de Clars, La Fontaine. Un gros chat blanc dort sur le lit minuscule. La vieille dame dort difficilement, explique-t-elle.

-Je n'ai pas vu de bête ici, je nettoie tous les jours. Ce sont les cafards ?
-Oui.
-C'est dégoûtant. Ils transportent des maladies. Ce sont les Arabes qui les emmènent. Les Arabes et les Chinois. Vous verrez il y a beaucoup de Chinois ici.

M. Raymond envoie une giclée de gaz sous la cuisinière. La petite dame se plaint.
-Ca sent mauvais, ce n'est pas dangereux pour mon chat ?

On voit bien que c'est son dernier ami, le chat.
-Ca va tuer ses puces, vanne M. Raymond.
-Mais mon chat n'a pas de puces !

804dddfbbe1f8aa9dde5e1b86e38b78a.jpg

ILS SONT PARTOUT

Nous avons traité une bonne centaine d'appartements. Quand les personnes étaient absentes, le gardien un retraité voûté qui pousse chaque jour les trente poubelles géantes de la cité, nous apportait les clefs. Sur tous les appartements visités, deux fois sur trois, une femme seule nous a ouvert. Les hommes meurent tôt chez le prolétaire. L'une a mis le gendarme. Elle nous a regardé une bonne demie-minute sans rien dire, méfiante.

-C'est pour les cafards ? Bon, entrez.

La dame a cinquante ans, une longue robe de coton sans forme et des bas de laine. Il fait incroyablement sombre et chaud, les rideaux sont tirés. Elle a quelque chose de fixe dans le regard. M. Raymond commence à gazer les plinthes. Elle me scrute et demande avec angoisse:
-C'est vrai qu'il y a des serpents dans les tuyaux?
-Qui vous a dit ça ?
-On dit ça ici.
-Vous en avez vu ?
-Jamais, mais on prétend qu'il remontent par les lavabos.
La dame s'assoie et nous regarde travailler. La nuit tombe, la pièce est de plus en plus surchauffée. Elle attend que nous partions. Sur la table, un seul journal, Télé 7 jours. Elle, c'est la télé sa seule amie. Une autre nous a offert un coup de rouge, ravie discuter avec quelqu'un. Elle a soixante ans passés, son mari est mort dans un accident de chantier. Elle en parle comme un fait divers.
-Un bel homme. Encore solide. Disparaître comme ça, deux ans avant sa retraite. C'est affreux.
 

Nous avons réveillé une bonne dizaine des employés des PTT qui dormaient encore après le service de nuit, des Antillais, des Réunionnais, enfermés dans de véritables réduits sans salle de bain qui sentaient le pied et l'oeuf au plat. Quand nous avons été chez les "Chinois" qui étaient tous des Vietnamiens, M. Raymond n'a pas cessé de me pousser le coude. En sortant, il m'a dit, moqueur.

-Tu as vu comme ils parlent du nez ! Tu as vu ce qu'ils mangent, du poisson cru pourri et des légumes complètement secs !

Les trois-quarts des appartements sont des deux-pièces mal insonorisées, les tuyauteries coulent, on entend les voisins, la télé est omniprésente et bruyante, les chambres de gosses sont sans vie, le décor prisunic, poulbot et terne. Mort à crédit, disait Céline. Une vingtaine de personnes nous ont vivement conseillé de désinfecter chez leurs voisins de palier. Une dizaine, hommes et femmes, montrent une phobie terrible des insectes. Ils ont peur d'être dévorés la nuit, ils redoutent l'opinion de leurs voisins. Ils n'aiment pas les Chinois. 

9c40356f190f7069006b50c0d32cb6a7.gif

SOUVENIRS CAFARDEUX

Après cette rude journée, nous avons été nous envoyer quelques gueuzes « mort subite » au troquet d'en face. Fallait bien ça. À la troisième chope, M. Raymond m'a raconté les aléas de son terrible métier. Il a la hantise des cafards maintenant. Il leur préfère encore les araignées grasses et larges comme des soucoupes qu'il découvre régulièrement dans les fosses septiques. Les araignées au moins ne pullulent pas. Les cafards en revanche attaquent et grouillent en masse. Après vingt ans, il n'a jamais pu s'habituer à eux. Certaines expéditions ont laissé à M. Raymond de très insupportables souvenirs. Une nuit, dans le sous-sol humide d'une cité de banlieue, il se retrouve brusquement isolé au milieu d'un océan de cafards fuyant les caves désinfectées, prisonnier d'une moquette velue qui lui grimpe le long des jambes. Un peur panique s'empare de lui. Il crie sans pouvoir s'arrêter et piétine comme un fou les blattes qui l'encerclent. Une réaction hystérique, incontrôlée. Son compagnon de désinfection est obligé de l'emmener dehors pour qu'il se calme. Aujourd’hui encore, il en parle avec des accents révulsés. La rencontre la plus épouvantable qu'a faite M. Raymond s'est passée dans une chambre de bonne du XVIIe arrondissement. La croyant inoccupée, il force la porte. Tout de suite, une odeur nauséabonde lui tord les boyaux. Il ouvre la fenêtre et découvre une vieille femme morte depuis quelques jours, recroquevillée sous l'évier. Il veut la soulever mais la lâche aussitôt, saisit d'horreur. Son chat lui a rongé les jambes jusqu'aux os. Elle a les joues gonflées d'insectes et des cafards rampent sous ses vêtements comme dans un film d’horreur. M. Raymond vomit.

Les cafards nous rapprochent de la mort.

Trois nouvelles chopes plus tard, M.Raymond raconte la guerre qu'il mène comme une quotidienne descente aux enfers. Il est aux avant-postes d'un combat impitoyable, le héros anonymes d'une saga millénaire contre la vermine et la décomposition. Aucune trêve, aucune faiblesse.

-C'est eux ou nous ! crie-t-il en frappant la table. Les gens ne se rendent pas compte. Si on se laissait faire, les insectes nous rongeraient en un rien de temps. Tiens, tu vas voir, dans les hôpitaux...

A L’HÔPITAL SAINT-LOUIS

Quoi de plus sinistre que le jardin intérieur de l'hôpital Saint-Louis, ses massifs rouge et or sortis tout droit d'un cimetière, quelques vieillards en manteaux bleus de l'assistance qui errent d'un banc à l'autre, deux éclopés en chaise roulante en attente du ramassage. En entrant dans la salle C, j'ai la pénible impression d'entrer dans un mouroir. Des vieilles femmes hébétées végètent sur des lits de fer minuscules. Elles épluchent des oranges, lisent des illustrés et se regardent en chiens de faïence. Deux mètres à peine les séparent les unes des autres. Certaines ne possèdent que leur dentier. Les yeux éteints m'agrippent, et je ne me sens plus le courage de leur parler des cafards qui rodent.

Tout au fond de la salle, une jeune femme vient en visite, je me risque. Elle m'apprend que les cafards sortent la nuit et ramassent les miettes sous les lits. Ils se déplacent avec les tables roulantes qui apportent les repas. Sa tante, alitée, les yeux caves, la peau sur les os, m'en parle avec résignation.
- J'en vois souvent aux toilettes. Dans les WC, il y a des seaux hygiéniques pour les femmes. Le sang les attire, vous comprenez. Bien sûr, l'hôpital désinfecte de temps en temps, mais qui s'occupe des vieilles bonnes femmes en train de crever ?
Une infirmière-en-chef me confirme la présence des cafards. L’hôpital Saint-Louis a tout de la vieille bâtisse fissurée, les locaux sont chauffés toute l'année et les cafards y prennent leurs aises. L'hôpital est visité tous les deux mois par les services d'Hygiène Publique, mais les insectes reviennent toujours. Il faudrait détruire les bâtiments pour s'en débarrasser, dit-elle. Le même problème se pose dans tous les vieux hôpitaux de Paris, La Pitié, Tenon, Cochin, Saint Anne. Les risques de contagion par les cafards ? Ils sont probablement minimes, explique l’infirmière, surtout depuis la suppression des grandes salles communes. La division en petites unités médicales permet une surveillance plus attentive et évite les contagions.

-Le vrai danger des cafards, dit-elle, ils dépriment les malades. Mais que faire ? Ils reviennent, comme les rats.

 

1bc5f99fa3d845aa4abc42934c26313c.jpg

OBSESSION CAFARDE

Après ma visite à l'hôpital Saint-Louis, les cafards commencent à m'obséder. Une nuit, je rêve que je suis enterré vivant et que les cafards envahissent mon cercueil comme un filet d'eau remplit une baignoire. Nous cherchons à nous débarasser des animaux qui nous déplaisent, nous voudrions ne plus vivre qu'avec des chienschiens champouinés, mais la vermine revient jusque dans nos cauchemars . Regardez "Alien", la terrifiante créature du film de S.F, n'est-ce pas une sorte de blatte géante ? Le lendemain matin, décidé à conjurer mes frayeurs, je file à la Bilbiothèque Nationale  pour visiter le rayon éthologie. Sagement accoudé sur le cuir d'une des longues tables de travail, je manipule d'imposantes encyclopédies. Après de longues heures de recherche, j'arrive à isoler sept grands principes ou aphorismes cafardeux.

1) Les cafards, comme les préservatifs, changent de nom selon les pays. En France le cafard s'appelle la "blattela germanica", la blatte germanique, en Allemagne, elle devient la blatte "française" et en Russie, la "Prussienne". Chaque pays attribue au voisin l'origine de la vermine.
 

2) Les cafards sont indestructibles. Ils vivent sur terre depuis les forêts de prêles et les fougères géantes du Carbonifère, soit trois cents millions d'années. Ils ont supporté sans dommage les cent cinquante millions d'années du Mésozoïque et affronté les glaciations du Quaternaire. Ils ont gardé sensiblement la même morphologie, mais non la taille. Les plus anciens spécimens retrouvés prisonniers dans de la résine, passeraient aujourd'hui pour de belles mygales.


3) L'homme est le Messie que le cafard attend depuis toujours. Pour le cafard, l'être humain est un compagnon de fraîche date, l'aubaine des derniers millénaires. Ses cités géantes sont pour notre blatte autrement plus accueillantes que les fourmilières. Les monceaux de victuailles qu'Homo Sapiens abandonne derrière lui en font l'animal le plus agréable à parasiter.


4) Les cafards rapetissent pour mieux nous ronger. Leur capacité d'adaptation et de mutation est rapide. Dès leur arrivée dans les villes européennes, leurs ailes se sont rapidement atrophiés et, en un siècle, ils ont rapetissé de trois fois leur taille. Aujourd'hui, une nouvelle génération de cafards, plus petite, mieux adaptée à l'étroitesse des interstices de constructions urbaines supplante la blatte germanique. C'est le Suppella Suppellictilium, un cafard miniature long d'un centimètre, appelé "cafard des télévisions" en raison de son goût pour les tièdes installations électriques de nos cités. Sa progéniture est aussi minuscule qu'une tête d'épingle. On la distingue parfois sur une feuille blanche, une nappe, et on se demande qui peut bien être ce minusucle point sur un "i"  qui cavale si fort.


5) Les cafards sont les futurs maîtres de la terre. Comparé à celui du cafard, l'essor de l'Homme paraît impétueux et inventif, pourtant il ne possède pas l'extraordinaire faculté de mutation de la blatte,  expérimentée depuis des temps incommensurables. En cas de bouleversement brutal de notre environnement – guerre, catastrophe ou cataclysme - l'homme a peu de chance de survivre. Il n’aura pas le temps de s’adapter aux nouvelles conditions agressives. Le cafard, si. Le nombre de mutations possibles d'une espèce augmente avec le nombre d’individus, tout en conservant les acquis des générations précédentes.  Or le cafard a tendance à grouiller et se développe de façon entropique. En un an, il engendre cinq nouvelles générations. Les mâles disposent pour cela de quatre pénis , ou plus des crochets griffus dont ils se servent pour s'arrimer à la femelle au milieu de la horde en mouvement. Cela, souvent, tous les jours. Ces pariades incessantes induisent une grande variété de descendants, qui favorise la sélection des plus adaptés. Ajoutez cette capacité à tout ronger, tout digérer, supporter le froid comme la chaleur, cela fait de la blatte un envahisseur adapté à n’importe quel environnement. Les cafards sortiront vainqueurs de la lutte pour la survie, si les choses terrestres se gâtaient.

"Ils nous succéderont",  affirme le  grand spécialiste des insectes, Karl Von Frich.

6) Les cafards se jouent des pesticides. Les études faites sur la capacité des cafards à résister aux insecticides donnent deux conclusions redoutables. Soit les populations d'insectes s'accoutument et finissent pas devenir insensibles. Soit, sous l'effet sélectif des poisons employés, des cafards génétiquement adaptés aux pesticides apparaissent. Dans les deux cas, ces chéris résistent ensuite au gazage et transmettent à leur descendance des plasmides cuirassés contre l'empoisonnement.


7) Les cafards jouent un rôle culturel décisif .  Le « cafard » signifie "déprime" en français depuis  les années 1920,  un terme assez proche de ce que Baudelaire nomme le « spleen »  - et le jazz le blues.  Pourquoi, difficile à dire ? Sa présence est-elle associée à la  misère,  un environnement qui porte sur le moral ?  En anglais, le cafard - l'animal- s'appelle le "roach", qui dans l'argot des innombrables fumeurs d’herbe désigne le mégot d'un joint,  noir et ratatiné comme l'insecte, celui qu'on "Bogarte" dans le film Easy Riders. Autres cafards historiques:  des blattes bavardes et drôles sont omniprésentes dans les comix du  fameux dessinateur underground Shelton, mais encore les romans new yorkais de Bruce Benderson. Dans La Métamorphose, Kafka se transforme en une espèce de cancrelat. Les Beatles chantent les cafards sur l'album Let it be. Patricia Highsmith a écrit le Carnet de bord d'un respectable cancrelas. Au Mexique, le cafard fut le symbole de l’armée révolutionnaire de Pancho Villa, la glorieuse Cucaraccha qui ne va jamais au combat sans un peu de marijuana à fumer.

 

ca2b9a89dfd99de5850736adce34ece6.jpg

DANS LA BAIGNOIRE A BLATTES

Je pense à eux en traversant le Jardin des plantes, en route pour le service d'entomologie du Muséum d'Histoires Naturelles. Je vais voir Mr Ronscoff, spécialiste des orthoptères et des blattoptères, auteur de plusieurs émissions de télévision fameuses sur les insectes... Il me reçoit dans un petit laboratoire aux faïences ensoleillées, qui domine le jardin poussièreux. Le petit homme a tout du professeur d'histoire naturelle, blouse blanche, boucles revêches, fin collier de barbe, un débit didactique. Il caresse ses paumes l'une contre l'autre pour m'expliquer combien les cafards aiment "le chaud, le serré et l'humide". Aucun doute possible, Mr Roscoff aime les cancrelas.
-Le dégoût qu'ils inspirent, s'énerve-t-il aussitôt, est une affaire d'ignorance. Les gens ne prennent pas le temps de regarder ce qui les entoure, voilà le drame. Ils ne luttent pas contre leur première réaction de peur et réagissent pas la violence. C'est l'attitude bornée type. Si vous étudiez, ne serait-ce que cinq minutes un cafard, vous commencerez à comprendre le monde des insectes. Les insectes sont les rois du milieu terrestre depuis toujours, et on les délaisse. Ils ont conquis tous les espaces, vivent au Pôle Nord comme à l'Equateur, sous terre ou au sommet des plus hautes montagnes. En regard, l'homme est un infirme et un besogneux. Les insectes comptent environ quatre millions d'espèces et les vertébrés, dont l'homme fait partie, seulement trente deux mille. Et pourtant à la télévision, sur les dix émissions que j'ai réalisées eux, deux seulement sont passées. Elles déplaisent au producteur. Certaines scènes de combats leurs étaient insupportables. Et j'ai dû me bagarrer pour que la musique d'accompagnement ne soit pas tragique et métallique !
Je lui raconte ma visite à ATTILA, Mr Ronscoff vocifère:
-Quelle escroquerie! Ces sociétés de désinfection entretiennent les gens dans une crainte maladive des insectes. Elles racontent n'importe quoi! Que les cafards sont les vecteurs de la poliomyélite, qu'ils sont des foyers d'infection! C'est faux. Les cafards transforment les germes existants, sans plus. Ils sont moins dangereux que les moustiques. Le calcul de ces sociétés est simple: plus les gens ont peur des insectes, plus elles s'engraissent. Elles traitent les immeubles tous les ans, voire tous les six mois ou tous les trois mois. C'est inefficace. Les cafards se reproduisent tous les deux mois et les oeufs incubent en deux semaines. Quand les petits naissent, l'insecticide a perdu de sa puissance et les cafards reviennent rapidement. Les sociétés s'assurent ainsi une rente régulière sur les dos des craintifs. Avec elles, les cafards ont trouvé leurs parasites.

Quand nous parlons des insecticides, M. Ronscoff blémit.
-Les insecticides sont des gaz de combats testés sur les insectes. Vous augmentez les doses et ils massacrent les hommes. Utilisez une bombe à gaz pour détruire des cafards, c'est aussi absurde que d'envoyer une bombe atomique pour détruire un cabanon. Un seau d'eau de lessive avec un sucre en appât suffit. Qui tire les ficelles de ce gâchis? Les grandes sociétés chimiques comme Bayer, Pechiney, Shell qui ont trouvé dans la vente des bombes insecticides un marché phénoménal. Elles se sont débrouillées pour avoir le monopole des autorisations légales. On découvre aujourd'hui que les produits chimiques ont bouleversé les écosystèmes en détruisant sans distinction les parasites et leurs ennemis naturels, en empoisonnant les oiseaux insectivores, en empêchant la pollinisation par les insectes. Cela fait des années que les entomologistes dénoncent ces destructions stupides. On commence à revenir aux insecticides végétaux et biologiques, comme les coccinelles par exemple, qui mangent les pucerons.
Sur ces phrases dramatiques, M. Roscoff se lève et me fait signe de le suivre.

- Venez, je vais vous montrer des cafards comme vous n'en avez jamais vus.
Il m'entraîne dans les corridors déserts du bâtiment d'entomologie. A chaque étage, une salle immense est consacrée à la classification et la conservation des insectes. Ils sont crucifiés et étiquetés dans des boîtes étanches alignées sur des rayonnages.
-Regardez ces dix rangées de boîtes qui montent jusqu'au plafond. Elles contiennent uniquement les variétés connues de punaises.
Au rez-de-chaussée, Mr Ronscoff sort une clé et m'ouvre la porte d'un petit jardin touffu. Les oiseaux piaillent, l'herbe est tendre et j'oublie Paris. Tout au fond, je distingue une maisonnette. Une chaleur moite règne à l'intérieur. Des cages de verre l'encombrent. Elles contiennent toutes sortes d'insectes vivants. Des araignées aux pattes immenses figées dans des toiles neigeuses, des scarabées arc-en-ciel, de difformes bâtonnets rampants, des sculptures translucides en mouvement. Mr Ronscoff les caresse de l'oeil, leur donne là des feuilles, ici un peu d'eau. Il m'entraîne dans une pièce plus sombre, devant une grande caisse. -Regardez, des brésiliens !
Il soulève le couvercle. Un matelas vivant de cafards longs comme des cigarettes ondule dans la boîte. M. Roscoff les caresse pour les faire bouger. Il en prend un et me le montre à la lumière. A côté, nos cafards parisiens semblent minables. Ceux-là sont dorés, épais, frétillants. Je constate soudain que ces monstres tropicaux ne me traumatisent plus. Aucune répulsion. M. Ronscoff explique :
- J'en ai mangé. Ils ont un petit goût acide pas désagréable.


En sortant du Muséum, je vais déjeuner entre les bisons et les zébus, dans l’odeur fraîche du crottin, en restaurant en plein air du jardin zoologique. Là, j'en prends conscience, cette longue enquête a dissipé mes angoisses cafardes. Je prends désormais les blattes en affection. Leur incroyable ténacité m'émeut, leur longue histoire impressionne. Chez moi, je les observe à la loupe lorsqu'ils découpent les croûtons de pain en jouant des mandibules. Quelle sombre beauté ! Grands comme des taureaux de corrida, ils impressionneraient les arènes ! Ils mènent une vie simple, partagée entre des orgies sous le radiateur et des razzias nocturnes. Ils sont peureux, inoffensifs, discrets. Après une verre de rosé, un poème vient me trotter sous la coiffe, un blues langoureux.

Toi ma blatte aux élytres dorées
Voici un grain de riz, un postillon sucré
Un cristal de coke, un graillon caramel
Croque mais lève tes antennes ma belle !
Si la lumière s'allume, secoue tes six pattes
Avant que le gaz ne t'attrape !

Toi ma blatte à la chtinine nerveuse
Ton noir cancrelat veut te rendre heureuse
Si tu n'as pas mal aux mandibules
A minuit, je t'invite sous l'évier
Tant mieux si les autres pullulent
Car avec toi, j'aime grouiller !
Oh oui j'aime grouiller.

(une première version de ce reportage a été publiée dans le magazine Actuel, n%3, 1981)

Commentaires

  • La plupart de mes femmes m'ont progressivement quitté après que je leur eusse expliqué mes talents d'entomologue amateur spécialisé cafards. Bravo et merci pour ce superbe article, digne des plus antho(mo)logique du toujours regretté Actuel.

  • ah , enfin ! j'ai élevé Ernest l'hiver dernier sous un verre avec mon ami ...J'en garde une tendre nostalgie !
    http://esquilae53.vox.com/

  • Quel beau récit, on en oublirais la répugnance du blattela germanica.
    L.M

  • Veritablement fascinant ! Un article objectif sur les cafards ^^ J'espere ne plus les regarder sous le même oeil à présent. :)

  • J'ai beaucoup aimé cette histoire!! Mais j'ai toujours aussi peur des cafards, et le pire, c'est qu'en ce moment on en a à la maison et on ne sait pas d'où ils sortent?? Peut être de la chaudière que l'on a changé il n'y a pas très longtemps??
    Merci pour l'article, j'ai eu des frayeurs tout au long, mais c'était sympathique à lire!!

  • Waw, j'adore votre site, grand merci pour ces idées, et notez en 1er lieu que je suis pleinement d'accord avec vous ! Permettez-moi d'insister, oui votre article est excellent, je songeais à tout ça en plus l'autre jour. C'est mon tout 1er commentaire ici et je reviendrai avec plaisir sur ce blog !

  • Je suis impressionné par toutes ces informations utiles beaucoup plus intéréssant que prévu.Merci

  • Bon billet, grand merci à vous de partager ces astuces et notez dans un premier temps que je suis pleinement d'accord... Bref, oui votre blog est sincèrement excellent, j'aime votre style, quelle maturité ! NB : Ca fait du bien de vous lire, oui oui !

  • Wahou, impressionnant, cet article est vraiment documenté.
    Je n'ai pas pu m'empêcher de frissonner, surtout devant les photos :S

  • Veritablement fascinant ! Un article objectif sur les cafards ^^ J'espere ne plus les regarder sous le même oeil à présent. :)

  • Je déteste ces bestioles moi. L'article est vraiment intéressant. Félicitations.

  • c'est dégueulasse

  • Etant un peu intriguée par ce genre de bébêtes dernièrement,
    je suis tombée sur ce site en faisant mes recherches. C'est un des meilleurs articles que j'ai eu l'opportunité de lire jusqu'à présent. Ce forum fera désormais partie de mes favoris!!

  • Il s'agit de mon poste que je préfère! Je vais relire ce site souvent.

  • J'adore complétement votre style d’écriture. Je regarderai les postes avec attention. regime hyperproteiné

  • C’est l’un de mes blog préféré. Je présume que ce commentaire sera bien lisible, au passant je n’ai vraiment pas du tout l’habitude de mettre des commentaires en ligne! comment maigrir

Les commentaires sont fermés.